Poule 2

Dreux crée l’exploit !

Crédit Photos : Alexis Calmel

On l’avait pas forcément vu venir mais Dreux l’a fait. En faisant tomber Hennebont-Lochrist, les dreusiens mettent la pression sur Cherbourg qui en est à 4 défaites consécutives.
Dans le choc de cette journée, Saint Cyr a arraché le nul contre Granville, toujours invaincu. Rouen remporte, quant à lui, le derby « chez » Oissel Rouen alors que Caen prend des points précieux à Saint Nazaire pour le maintien en allant chercher un nul.
Bouguenais, aussi, assure l’essentiel chez Saint Malo.

Dreux AC 35 – 30 Hennebont Lochrist

Coup de tonnerre à Dreux qui enchaine un deuxième succès consécutif face à l’équipe en forme de cette Poule 2, Hennebont Lochrist. On s’en souvient encore, les dreusiens nous avaient prévenus. S’ils commençaient à gagner, ça allait faire mal pour la suite. Ce week-end, ce sont les bretons qui ont subis le show offert par le groupe de Francis Tuzolana.

Le début de match, relativement serré, voyait Hennebont Lochrist bien en place et parti pour continuer sa série. Leroy s’avérait intraitable dans ses buts notamment. Passée la dixième minute, Dreux se remet dedans mais se voit encore exclure et ce par deux fois en trente secondes. Malgré cela, ils restent au coude à coude réussissant à prendre l’avantage sur ces exclusions (5-6 puis 8-7). Défaillant mentalement jusqu’à maintenant, Dreux se montre ce Samedi bien plus déterminé à se sauver. Avec un danger venant de partout, ils repartent avec une avance de deux buts et comme un symbole ce but de Van Vooren qui profite du 7×6 bien connu des hommes de Pierre Prioux.

Hennebont Lochrist possède une excellente paire de gardien qui se relaie bien et Bossuet va nous le rappeler. Ainsi, les bretons se remettent dedans et reprennent la tête grâce à Guégan, très propre sur ce match-là (17-19). Le mano à mano va être des plus passionnants et c’est le troisième de la Poule qui est en tête à l’entame du dernier quart d’heure (25-27). Ce qui va être assez incroyable, ce sont les auteurs des sept buts qui suivront. Ils seront six à en marquer, la preuve d’une solidité collective retrouvée chez Dreux.

Un 5-0 va donc permettre au premier relégable de passer devant (30-27).
Le modjo est alors du côté des coéquipiers de Dautigny, à son aise Samedi soir. Un retour à -2 de Le Ruyet fera trembler les spectateurs présents mais Dreux ne va pas faiblir et même s’offrir un succès très probant leur permettant de revenir à une victoire de Cherbourg.

Damien Dautigny, auteur de huit buts, était ravi de cette bataille tactique remportée « Nous avions à cœur de rentrer fort dans ce match, avec un grand état d’esprit de chacun. Avec la volonté de faire mieux qu’au match aller et surtout d’être capable de contrer leur jeu à 7. On a travaillé là-dessus à l’entrainement et le résultat s’est avéré payant. Nous sommes restés soudés tout au long du match et n’avons rien laché jusqu’à la fin, ce qui nous a fait souvent défaut cette saison. Il faut maintenant que l’on confirme cette belle victoire en vue de la course au maintien ! »

Du côté d’Hennebont Lochrist, c’est un gros coup d’arrêt et un nouveau match à l’extérieur les attend dans deux semaines chez Bouguenais.

L’image contient peut-être : 4 personnes, personnes qui pratiquent un sport, terrain de basketball et chaussures
Crédit Photos : Olivier Ostyn

CJF Saint Malo 23 – 27 CJ Bouguenais

Jouer à Saint Malo n’est jamais une mince affaire et Bouguenais en avait conscience en se déplaçant en Bretagne, surtout avec ce besoin urgent de récupérer des points. Les Tigres devaient faire sans leur capitaine Le Boulaire et leur gaucher Thibodeau. Ce sont les joueurs de Yann Lefeuvre qui prennent les devants dès l’entame derrière Lhommedé, décidé à mieux lancer la machine contrairement aux précédents rencontres et qui nous résumait bien la situation de l’équipe « Nous sommes partis à Saint Malo avec une équipe diminué. Certains cadre sont blessé (genoux, adducteur…) Nous sommes pas dans une très bonne phase. Néanmoins, nous avions à cœur de ramener les 3 points. Nous savons que c’est jamais évident de gagner là-bas. Il fallait absolument gagner c’était primordial pour la suite. Ça fait aussi du bien dans les têtes des gars. ».

Avec 4 réalisations en 10 minutes, l’arrière permet aux siens de prendre une avance confortable (6-10). Les arrêts de Carrier et les coups de butoirs de Weber ne suffisent pas à revenir au score et c’est finalement avec trois buts de retard suite à un nouvel arrêt de Queinnec que Saint Malo doit rentrer aux vestiaires. Déjà revenus à deux buts, les malouins ne se relâchent pas et restent à faible distance malgré un paquet d’échec aux tirs (13-15). Les ailiers Souhir et Pelletier vont faire en sorte de reprendre le large (14-18). Saint Malo ne va faire que courir au score le reste de la rencontre. Pourtant, Tachet et Allain, très en vues sur cette rencontre, vont tout donner pour chercher un résultat mais rien n’y fait, « His Airness » Pelletier, à son avantage avec 8 buts, finira le travail et assurera une victoire ô combien importante quand on voit le résultat des adversaires directes.

Lhommedé rappelait d’ailleurs qu’il s’agissait de leur premier succès hors de leurs terres « Le match était loin d’être parfait avec encore quelques maladresses mais l’importance était de gagner et enfin de prendre des points à l’extérieur pour la première fois cette saison. Les jeunes ont su répondre présent à l’image de Robin notre gardien qui réalise des arrêts importants dont 5 ou 6 penaltys. » Pour Saint Malo, la messe semble être dite alors que Dreux et Caen ont pris des points sur cette journée.

Julien Carrier le sait mais aimerait que tous. ces efforts soient récompensés « Ce qui est rageant, c’est que c’est nous qui perdons le match tout seul !!! Avec 5 penaltys ratés et une dizaine d’immanquable, c’était impossible de gagner. Bien sûr, Bouguenais possède deux bons gardiens, mais faut être lucide. On a un gros problème d’efficacité devant le but. On a beau se le dire et travailler dur a l’entraînement mais c’est toujours la même chose. Après bien sûr que par rapport a la phase aller, on joue beaucoup mieux. Mais pas encore assez pour prétendre à une victoire. Faut que l’on continue à bosser à l’entraînement pour progresser aux shoots et avoir un ratio tir/but plus digne d’une équipe de N2. De toute façon, on a plus de pression pour la fin de saison puisqu’on sait déjà que la descente en N3 est inéluctable. Faut que nos jeunes joueurs se lâchent et engrangent de la confiance et de l’expérience pour l’année prochaine. Mais j’ai confiance dans ce groupe pour aller chercher au moins une victoire d’ici la fin de saison pour éviter une saison blanche. »

Saint Cyr 24 – 24 PL Granville

On s’attendait à un match serré et ils ne nous ont pas déçu. Après un début de rencontre tambours battant grâce aux arrêts de Fulop, Saint Cyr va rentrer dans le rang et prendre à son tour un 4-0 (3-0 puis 3-4). Granville, en bon leader du Championnat, va prendre le contrôle de la rencontre.

Mizouni, une fois n’est pas coutume, prend aussi les choses en main et sur un but de Tanguy Fontaine, les normands font un premier break (9-12). Fulop, pas en reste, parvient à limiter les dégâts et c’est sur l’un de ses arrêts que Saint Cyr rentre aux vestiaires à une unité (13-14).

De retour sur les parquets, Granville ne lâche rien. Les cadres Griveau et Mizouni redonnent un écart confortable (15-18). Pas de quoi faire paniquer les joueurs de Christophe Spincer. Sur un kung-fu de Morin, Saint Cyr revient à égalité (18-18). Pourtant, ils n’arrivent pas à prendre la tête et c’est donc toujours derrière qu’ils entament le money-time. Morin, encore une fois, parvient à égaliser mais les sanctions vont encore faire défaut au promu.

Avec 4 exclusions pour les deux équipes dans les cinq dernières minutes, c’est une fin de rencontre un peu tendue à laquelle nous avons le droit. Quand Mizouni donne deux buts d’avance à deux minutes du terme, on pouvait penser voir la série victorieuse continuer pour Granville. Laout va se montrer clutch et ramener les siens à égalité. Un dernier arrêt de loin de Sam-Caw mettre fin à cette rencontre encore une fois acharnée comme à l’aller. Cette fois-ci, Saint Cyr réussit à obtenir un point et reste le premier à ce jour à le faire.

Saint Nazaire 26 – 26 Caen

Alors que Dreux l’avait déjà emporté au moment où ce match démarrait, Caen se devait de repartir avec un résultat de Saint Nazaire. Guillaume Leroux annonçait la couleur en début de rencontre en effectuant les 4 premiers tirs de la Vikings Academy. Menés, les nazariens vont réagir et prendre les choses en main.

Déjà auteur d’un très bon match contre Granville, Le Chevillier confirme et c’est bien lui qui remet en ordre de marche Saint Nazaire (8-4), moment choisi par Alexandre Hebert de poser son temps mort, comme nous le disait Guillaume Leroux « Très vite on a manqué de solutions et ils en ont profité pour se projeter très vite vers l’avant. En jouant comme cela, ils nous ont posé beaucoup de problèmes car nous n’arrivions pas à les arrêter et ils ont donc trouvé des solutions évidentes et ils ont très rapidement creusé l’écart. Le temps mort du coach à se moment du match (8-4) a été très important pour nous remobiliser et essayer de les faire attaquer le plus longtemps possible car ils étaient un peu plus en difficulté sur leur attaque placée. »

Par deux fois sur penalty, Marescot finit par égaliser (9-9) mais les protégés d’Olivier De La Brétèche ont du répondant et c’est au tour de Thomas Daniel de relancer la machine (13-10). Après le retour sur le parquet, Cador parvient à ne pas voir les Vikings se faire distancer (15-14). C’est finalement à la 50’ que Bourguiba parvient enfin à refaire passer Caen devant au score (22-23). Le Chevellier inverse la tendance (25-24) mais Leroux, très en vue ce Samedi, redonne l’avantage dans la dernière minute.

Marescot se voit exclure et Saint Nazaire profite de la supériorité pour balancer sur son aile Nathan Frèche pour égaliser sur son aile. Caen ne réussit pas à trouver la solution sur la dernière action et voilà un nul entre deux équipes qui auront offert un joli spectacle à Fogel.

Les Vikings prennent deux points essentiels qui leur permettent de passer devant Cherbourg avec une pointe d’amertume pour l’arrière gauche Leroux « La fin de match a été tendu où toutes les actions étaient déterminantes. On a bien géré cette fin de match mais malheureusement le deux minutes en fin de match nous fait mal car il leur permet de marquer facilement et on se retrouve en difficulté pour essayer de marquer le but de la victoire. Le bilan du match est frustrant mais également satisfaisant car le groupe a su rester solide pour aller chercher un point qui pourrait être déterminant un fin de saison. Cela confirme également notre bonne série en espérant que cela continue.»

Les dernières minutes de la rencontre :

Oissel Rouen 30 – 32 Rouen

Un luxe que d’avoir un derby dans la même ville et c’est Rouen et Oissel Rouen qui nous offrent cette performance. Après avoir perdu le premier round, les joueurs de Pascal Decaux avaient à cœur de s’offrir la revanche avec un groupe bien plus complet que le dernier match qui les opposait à Pouzauges. Rouen, aussi, en a profité pour récupérer du monde.

Très accrochée en première mi-temps, la rencontre verra le leadership passer d’un côté comme de l’autre. Antoine Formez regrettait des errances en défense «Ce fut un match très serré. Oissel prend la tête en début de rencontre grâce à un plus grand nombre d’arrêts de leur gardien. Défensivement, nous étions en difficulté, nous n’avons pas aidé Mory et Arthur à faire des arrêts.»

Avec déjà 13-13 après vingt minutes, on s’attendait à voir des scores records mais Vannier et Abadzic ont décidé ensuite de fermer la baraque. C’est avec ses jeunes tels que Boilay ou Houays qu’Oissel Rouen prend deux buts d’avance à la mi-temps. Ahmed Belkhenfar nous faisait part de la réussite connue sur ce premier round « On mène la première mi-temps, au vestiaire l’entraîneur nous a félicité pour la 1ère mi-temps et il a demandé de faire la même performances et surtout d’être agressifs en défense. Malheureusement, on avait pas respecté les consignes entre la 40 et la 50ème minute c’est là où on rate des duels avec le gardien plus les pertes de balle.»

Dans un match très intensif, Rouen va s’en remettre à son expérience et les Deshayes ou Lemarchand vont inverser la tendance. Il faut dire que le 4-0 infligé par les joueurs de Julien Gambier va être lourd de conséquence pour Oissel Rouen. Tomic va tenter de rattraper ce retard connu avec 4 buts dans le money time mais Rouen a du répondant dont l’expérience, ce que la patte gauche Belkhenfar confirmait après le match « Le match était très intense des deux côtés malheureusement le manque d’expérience des certains de nous joueurs ça n’a pas aidé à chercher une victoire ce soir.»

Les deux derniers buts du capitaine gaucher seront anecdotiques et voilà Rouen qui remportent ce deuxième derby devant plus de 500 spectateurs. L’arrière droit des Béliers est plus que satisfait d’avoir chopé les deux derbys cette saison « Nous revenons bien des vestiaires nous sommes très poussifs mais nous n’arrivons pas à faire la différence pour passer devant. Oissel s’accroche et montre énormément d’envie. Il faut attendre la 50eme minute pour que tout bascule. Oissel a un trou d’air offensif et on en profite pour creuser l’écart avec un très bon José Basima. Nous sommes très heureux d’avoir remporté ce match et d’avoir retrouvé nos blessés (Grisel et les frères Deshayes). Cette victoire nous ramène à 2 points de la 3eme place qui peut être un beau challenge pour cette fin d’année. »

JS Cherbourg 18 – 32 Pouzauges

Le périple connu par Pouzauges pour se rendre à Cherbourg s’est soldé par une victoire en toute tranquillité. Le constat pour la réserve de Proligue, c’est que les minots de Julien Leonard se sont retrouvés en face d’un mur, celui de Skander Slim. Si vous ajoutez à cela les problèmes de confiance que connaissent les coéquipiers de Brice Chuinard, on peut dire que les temps sont durs dans la Manche.

Le premier quart d’heure ne laissait pas forcément penser à un match comme celui connu. Serré durant ce laps de temps (6-8), Pouzauges voyait les frères Braud prendre les choses en main avec cinq des six premiers buts. Les cherbourgeois enchainent les échecs au tir et voilà les vendéens qui prennent le large au tableau d’affichage (10-17).

Voir Cherbourg avec seulement dix buts marqués en une mi-temps n’est pas courant, alors forcément, on ne s’attendait pas à les voir en marquer seulement huit sur la seconde période. Toujours aussi solide malgré l’absence de Damiens, Pouzauges continue d’appuyer où ça fait mal, la défense. Slim est toujours aussi chaud comme une baraque à frites et seul un tir en pleine tête va le stopper. L’écart va grimper jusqu’à 15 buts avant que Baghdad essaie de rebooster les siens et Garnon réussit même à faire revenir Cherbourg à dix buts.

L’exclusion de ce dernier va remettre sur le droit chemin le promu et c’est finalement avec quatorze buts d’avance que les joueurs de Jean René Ragon vont repartir de la Manche.

On est allé voir le portier vendéen qui aura été monstrueux ce Dimanche « Nous avons bien réussi à rivaliser dès le début de match et surtout nous avons réussi à être soudés en défense ce qui nous a permis de mener le score tout au long du match. Et c’est pas par hasard que l’équipe adverse n’arrive pas à marquer pendant les 15 premières minutes de la deuxième mi-temps, c’est notamment un super travail de la défense du coup, j’étais obligé de faire les arrêts. »

Most Popular

Suivez toute l'actualité de la N2 Masculine de Handball.

Tous les résumés du Lundi au Mercredi.

Les gros matchs du week-end ? C'est le Vendredi que ça se passe !

Pour suivre les nouvelles des clubs de Nationale 2, c'est sur notre Facebook et Twitter que tu les trouveras !

Envie de voir comment ça joue sur les parquets ? Instagram est là pour te faire partager les clichés pris par les photographes !

To Top