« J’ai toujours aimé les défis »

Crédit Photos : Alain Biais

Après avoir vécu une très belle carrière dans le monde du handball professionnel, Florent Joli, 29 ans est parti découvrir l’autre côté du pont handballistique. Arrivé dans le Poitou-Charente lors de l’été 2018, il a été séduit par le beau projet que lui a proposé le club du Grand Poitiers. Alors que les Griffons venaient tout juste d’accéder à la Nationale 2, ils ont terminé à la troisième marche du podium. Une chose est certaine, cette nouvelle année risque d’être très belle pour le club ! Du centre de formation du MHB à l’ouverture de son bar à jeux, le Baffalou à Poitiers, Florent Joli s’est confié pour N2 Handball FR !

N2 Handball FR Après de nombreuses années dans le monde professionnel tu as atterri il y a tout juste un an dans le projet du Grand Poitiers Handball et le milieu amateur. Comment as-tu vécu le passage entre la vie de handballeur pro et celle d’amateur ?

Florent Joli Je l’ai très bien vécu puisque c’était avant tout un choix. J’ai décidé de partir de Nice avec ma compagne mais je ne souhaitais pas arrêter le hand. J’ai eu des propositions pour continuer au niveau professionnel, mais je sentais que j’arrivais au bout de quelque chose. Les discours ne sont pas toujours en corrélation avec ce que peuvent proposer les clubs. Le monde du handball change alors je me suis dit qu’il était peut être temps pour moi de changer aussi d’orientation car je ne me reconnais plus forcément dans le monde professionnel.

N2 Handball FR Venir dans un club qui venait d’accéder à la Nationale 2 n’était pas un défi un peu fou ? Es-tu satisfait de la décision que tu as prise en venant dans le Poitou?

Florent Joli Je suis aujourd’hui hyper satisfait. J’ai toujours aimé les défis. Et comme c’était réellement mon choix de rejoindre le Grand Poitiers Handball, je me suis lancé à fond dans l’aventure. Aujourd’hui après une saison où l’on s’est maintenu assez tôt, le but sera de poursuivre sur notre lancée et aider à structurer le club pour le pérenniser à ce niveau.

Crédit Photos : Grand Poitiers 86

N2 Handball FR Au final, tu as pu ouvrir ton propre bar ! Tu as réalisé un rêve de gamin en devenant ton propre patron ?

Florent Joli En effet, en plus du handball, mon projet était d’ouvrir un bar à jeux de sociétés. Cela fait des années que je cherche à faire quelque chose en plus du hand. J’ai ce besoin de faire de nouvelles rencontres, de me lancer dans de nouvelles aventures. Il était temps pour moi de me lancer. Et je suis très heureux d’avoir fait ce choix il y a un peu plus d’un an.

N2 Handball FR Quelles différences fais-tu aujourd’hui et quels enseignements tires-tu entre le hand pro et le hand amateur ?

Florent Joli Les structures sont très différentes. L’argent aussi. Aujourd’hui, sans argent tu ne peux plus exister dans le monde professionnel. Le monde amateur et le monde pro se ressemblent sur certains point quand même. Notre beau sport à la chance d’être très sain. Les gens qui l’entourent sont souvent d’une gentillesse incroyable. J’ai pu côtoyer beaucoup de monde dans tous les clubs où je suis passé. Il y a énormément de passionnés. Et ça, peut importe le niveau. Mais il est vrai que parfois, l’argent a tendance à installer un certain fossé entre les institutions et le public. C’est à nous les joueurs (pro ou non) de perpétuer cette relation avec les gens !

Crédit Photos : Luca Jordhery

N2 Handball FR Montpellier, Valence, Sélestat, Nice… Quel moment retiens-tu le plus dans ta carrière ?

Florent Joli Chaque club a ses particularités. J’ai eu la chance de jouer avec les meilleurs joueurs du monde à Montpellier et d’y gagner beaucoup de titres. C’est une période sportive que j’ai adoré et où j’ai pu connaître les meilleurs moments de ma vie. J’ai également eu la chance à cette époque d’être formé par le meilleur entraîneur de ma carrière. C’est un hommage que je souhaite lui rendre. Je parle bien sur de Belette (Fred Anquetil). Ce mec a marqué tous les joueurs qu’il a eu entre ces mains. Et je suis très heureux d’avoir été sous ses ordres durant mes 4 ans à Montpellier. Je suis également très content de le revoir sur un banc! Mais ensuite, chaque entraîneur, président, bénévole, supporter…tous les gens qui gravitent autour des clubs ont toujours été super avec moi. Je garde de merveilleux souvenir dans chacun des clubs. Et je leur souhaite à tous le meilleur pour l’avenir !

N2 Handball FR Un dernier mot pour conclure cette interview ?

Florent Joli N’hésitez pas à venir me faire un petit coucou au Baffalou ! C’est avec plaisir que je vous accueillerai là-bas. Je remercie tous ceux qui me suivent et m’aident au quotidien. Au plaisir de vous croiser au bord d’un terrain ou ailleurs. Merci à Mickael pour l’interview et à tous ceux qui permettent la médiatisation de notre sport.

PS : Petit coup de gueule également contre nos décideurs télévisuels. Les filles, avec tout ce qu’elles démontrent, méritent mieux que ce qu’il se passe en ce moment… !

Aucune description de photo disponible.

12 rue de le Croix Blanche, Poitiers
https://www.facebook.com/pg/LeBaffalou

Top