Poule 2

Le fossé se creuse en tête !

Ca bataille derrière Granville au classement avec trois équipes au coude à coude et étonnamment il s’agit de trois promus. En dessous, tout reste ouvert et Cherbourg ou Saint Nazaire font les bonnes opérations. Tout en bas, c’est compliqué pour Saint Malo, Dreux et Saint Malo.

Crédit Photos : Jean-François Herbert – Alexis Leguen

CJ Bouguenais 30 – 31 JS Cherbourg

On démarre sur Bouguenais qui accueillait la classe jeune de Cherbourg. On pouvait s’attendre à un match ouvert avec deux équipes jusqu’à maintenant irrégulières mais tout de même capables de très bonnes choses. Au complet, les joueurs de Julien Léonard avaient pu remarquer que la CJB ne pouvait pas en dire autant en l’absence de Le Baulaire et Viman dans les buts.

Sur le parquet en tout cas, c’est Cherbourg qui démarre le mieux profitant des balles perdues avec un danger venant de partout autant de Baghdad comme de Lemonnier (4-8). Lambert fermait la baraque aussi avec déjà cinq arrêts en dix minutes (9-12). Bouguenais connaîtra alors un temps fort leur permettant de revenir à égalité et même de mener avant la mi-temps (15-13). Un réel retournement de situation que les protégés de Yann Lefeuvre vont s’efforcer à bonifier en début de seconde période, ce que Andric Brun concédait « Le début de deuxième mi-temps reflète la fin de première, nous enchaînons les pertes balles, les mauvais tirs et mauvaises défenses.« 

En effet, Kerdudo continue sur sa lancée et va offrir l’opportunité aux siens de prendre le large. Bouguenais ne s’en privera pas et mènera de six buts (26-20) avec sa seconde unit et Thibaudeau, très percutant. Cherbourg avait prouvé avoir les moyens de poser des problèmes aux Tigres et ils vont le confirmer en passant sur une défense plus étagée, élément déterminant pour le gaucher de la JSC « Nous changeons de système défensif en passant en 2/4 avec une double stricte et cela nous réussit en maintenant une défense agressive, des arrêts de gardien et les montées de balles et les penaltys s’enchaînent en notre faveur. ». Martineau et Lemonnier vont rabattre les cartes et c’est même les manchots qui vont prendre la tête sur une réalisation de Baghdad (29-30). Bouguenais va réussir à égaliser mais sur le buzzer, c’est la patte gauche de Brun qui va prendre à défaut Kerdudo et permettre aux siens de repartir avec trois points après un temps mort très efficace.

Un hold-up extasiant pour les coéquipiers de Lemarié, resté à zéro but marqué toute la rencontre et les boules pour Bouguenais qui doit l’avoir mauvaise d’avoir perdu des points carrément accessibles comme le précisait Simon Pelletier « Énormément de frustration, tout le monde a participé mais on a craqué dans le money time, donc on est pas récompensé du travail fourni. Ça ressemble au match d’Hennebont-Lochrist alors qu’on avait livré un gros combat. On se sentait très bien et on maîtrisait notre sujet, donc elle est d’autant plus douloureuse. Il va falloir se rencontrer très vite et remettre au taf« 

Crédit Photo : CJB Handball

Caen Handball² 25 – 34 PL Granville

Chaude ambiance à Caen pour ce derby entre Caennais et Granvillois dont ses derniers ont pu compter sur des supporters venus aussi en nombre. Cette ambiance, elle va motiver les joueurs d’Alexandre Herbert qui vont nous sortir une première mi-temps de haute facture. Il faut dire que chaque gardien fait le boulot avec Somaï et GazagneBali qui nous offrent un beau duel.

Granville voit son salut de Chemin et sans surprise Mizouni sur la base arrière. Caen profite, quant à lui, de l’apport de l’ancien joueur d’Oissel Rouen, Andreau, sur la base arrière. Finalement, ce sont les joueurs de Jean Baptiste Martin qui vont réussir à passer devant avant la mi-temps ne récompensant pas le boulot fourni par les Vikings, confirmé par Somaï « On a commencé le match très timidement et les jeunes de Caen ont bien profité pour prendre le score on était mené presque toutes la première mi-temps« .

Derrière, ce ne sera plus la même. L’absence d’Alexandrine en défense se fait ressentir et, à l’inverse, Granville va pousser et bénéficier des nombreux arrêts de Somaï. En attaque, le trio Mizouni-Chemin-Cozoguier fait mal, très mal entre tirs de loin et relation dedans. En face, Guillous, revenu de blessure, va réussir à prendre le dessus et envoyer quelques pralines de loin mais dans les 20 dernières minutes, Mizouni fera son show et va envoyer sur orbite Granville. Une deuxième mi-temps bien plus aboutie que la précédente à n’en pas douter d’après leur dernier rempart « En deuxième mi-temps, les gars se sont réveillés et tout de suite on les a pris à la gorge et l’écart s’est fait petit à petit. En face, ils lâchent et ils avaient plus de solutions à un moment donné ce qui nous a facilité la tâche. On a fait un peu tourner l’effectif pour avoir une belle victoire de plus 9« 

Et de 7 pour le leader manchot, qui continue sa série victorieuse. Pour les Vikings, cela reste une défaite encourageante, opinion partagé par leur portier Gazagne-Bali « On avait à coeur de bien faire pour ce match car on sait que les derbys Caen Granville attirent beaucoup de monde. On réalise une très bonne première mi temps mais comme à Hennebont, la semaine dernière, on ne joue plus à fond dès qu’on se fait distancer. Mizouni et Somaï étaient attendus et pour le coup ils nous ont fait très mal. On espère vraiment battre Bouguenais à domicile la semaine prochaine car ça récompenserait le travail fourni à l’entrainement. On espère aussi avoir autant de supporters présents et qu’on pourra leur offrir la victoire cette fois là !« 

Oissel Rouen 29 – 30 Saint Nazaire

Très intéressante cette rencontre à vue d’œil entre deux équipes qui ne savent pas encore où se situer dans ce championnat largement dominé par quatre équipes.

Sans grande surprise, la rencontre va se vouloir très serrée de bout en bout. Pourtant, Saint Nazaire va effectuer un début de match canon malgré les multiples réalisations de Messager puis de Brahiti. Avec une table de marque très bien répartie, le danger venait de partout chez les nazariens (5-8 puis 9-12). Finalement, Oissel Rouen va rattraper son retard avec quelques arrêts d’Abadzic. Considérablement pénalisé par quatre exclusions temporaires, c’est un peu inespéré de voir les rouennais à seulement un but de Saint Nazaire.

Réalisant un nouveau « petit » break (24-27), les joueurs d’Olivier De La Brétèche pouvait se dire être peinard et assurer leurs arrières. Dans le camp adverse, hors de question de lâcher et ils vont parvenir à se rapprocher sans réussir à égaliser. Si on vous dit qu’à la 48ème minute, il y avait 29-30, vous penseriez que la feuille de match a connu un problème ?

Loin de là, les spéctateurs de la Kinderarena ont juste eu le droit à une prestation défensive incroyable avec Abadzic se gavant à 6m et sur les ailes puis en face, Reuille, profitant parfaitement d’une défense de folie nazarienne. La folie, c’est un peu ce qui ressortait d’Olivier De La Brétèche après la rencontre « Un match de fou ! Toujours devant, sans jamais réussir à les décrocher et 12 dernières minutes sans marquer avec Abadzic qui nous sort tout et une énorme énergie défensive pour nous avec derrière notre capitaine Reuille qui gère très bien« 

Une victoire référence pour le coach nazarien et soulagé de ce périple « On pouvait faire beaucoup mieux mais ils se sont accrochés comme des morts de faim. Heureusement, on a eu un duo d’arbitre, habitué à plus haut (Clermont et Montllor) qui ont été à la hauteur de l’engagement des deux équipes. Les dernières minutes, c’était Fort Alamo ! C’est trop bon quand tu repars avec les points, surtout qu’on avait fait l’effort de partir la veille« 

Pour Oissel Rouen, la frustration est là mais les joueurs de Pascal Décaux n’ont rien lâché et c’est sur ça que le 7ème de la Poule devra s’inspirer pour la suite.

Pouzauges 32 – 30 Hennebont Lochrist

Alerte canicule en Vendée ! Hennebont Lochrist se hâtait de découvrir l’ambiance de la Furia chez Pouzauges et ils n’ont pas été déçu. Surtout, ils n’ont pas déçu non plus sur le parquet faisant quelques frayeurs aux joueurs de Jean René Ragon, car comme le soulignait Antoine Péaud, HennebontLochrist ne venait pas en touriste « On s’attendait à vivre un gros match chez nous, Hennebont était venu pour prendre des points et ils étaient pas là pour nous faire des cadeaux« 

Les 25 premières minutes se voulaient plutôt serrés où chacun semblait se rendre coup pour coup. Un paquet d’avertissement et quelques exclusions qui démontraient tout l’engagement nécessaire dans cette rencontre. C’est HennebontLochrist qui va s’échapper au score peu de temps avant la pause par leur ailier Luy, auteur de trois buts consécutifs et ce, sans leur jeu à 7 tant préconisé par leur coach.

De retour sur les parquets, Pouzauges rattrape vite le retard derrière les tauliers comme Plaza Lara, Braud ou Damiens, 20 buts à eux trois. Le Goff (9 buts) va tenter de garder la main sur le match et continuer à pousser dans leur retranchement les vendéens (25-26). La Furia fera le reste derrière. Péaud va être le facteur X dans ces dernières minutes quatre réalisations dans le money-time.

C’est Plaza Lara qui va permettre à Pouzauges de mener au score (27-26) et ce leader-ship ne sera plus rendu. L’écart montera à trois buts (31-28) mais ce n’est pas connaitre le caractère des hommes de Pierre Prioux. Revenu à un but, les bretons ont l’occasion d’égaliser mais Slim va s’occuper de clore les débats. Une exclusion de Luy et un dernier but de Péaud termineront le travail au terme d’un match très chaud « On a eu des difficultés dans la première partie du match avec leur tirs de loin qui nous faisait du mal […] on a dû se réajuster défensivement si on voulait pas prendre l’eau et on a réussi à faire le job pour repasser devant et après avec le soutien de notre public on a réussi à garder l’avantage jusqu’au coup de sifflet final. C’était vraiment un match intense, notre chaudron a dû apprécier le spectacle hier soir.« 

Quelques regrets pour Grégoire Guégan mais satisfait d’avoir pu participer à un match de haut niveau « Nous avons commencé fort en première mi-temps tant en défense qu’en attaque, nous les avons surpris je pense il ne nous attendait pas aussi fort. En deuxième on a tenu mais il a suffit de quelques perte de balle et des arrêts importants du gardien de Pouzauges pour enflammer la salle. C’est dommage, mais c’était vraiment un super match de handball de haut niveau. C’était une ambiance assez folle effectivement, mais sans aucune animosité, c’était vraiment festif. C’est vraiment un super club avec les mêmes valeurs que les nôtres je trouve.« 

Crédit Photos : Jean Michel Groisier

Saint Malo 16 – 27 Saint Cyr

Duel des extrêmes si l’on puit dire entre Saint Malo et Saint Cyr. Extrême en moyenne d’âge avec le plein d’expérience pour Christophe Spincer tandis que Julien Gau devait composer avec la classe jeune en l’absence d’Allain, Weber et Castro dont ces deux derniers sont les meilleurs buteurs.

Une tâche loin d’être facile mais c’est sans compter sur Saint Malo, toujours combatif et, qui plus est, avec un public encore venu en nombre. Cependant, les premiers instants étaient très compliqués pour les malouins, encaissant un 7-0 d’emblée pour planter le décor. Le duo DiawBourdon faisait vivre l’enfer à Saint Malo mais Carrier dans ses cages essayait de limiter les dégâts.

Une fois la douche froide digérée, Saint Cyr subissait voyant revenir les bretons à trois buts mais, encore une fois, SamCaw s’occupait de faire picorer les attaquants adverses et notamment en contre attaque. Une première mi-temps, finalement satisfaisante pour Julien Gau malgré l’entame compliquée « Nous avons eu beaucoup de difficultés à faire déjouer la défense de StCyr bien en place […] Heureusement pour nous, défensivement nous étions bien en place avec Julien Carrier qui nous a sorti beaucoup d’arrêts. Après un 6-0 encaissé nous avons commencé à retrouver des couleurs en attaque et sur les montées de balles.« 

Au retour sur le parquet, ce ne sera pas la même. Le jeu hâché par de nombreuses sanctions temporaires va profiter à Saint Cyr et l’écart grimpera donc au fil des minutes. Fulop prendra parfaitement le relais de son coéquipier et se chargera de finir le travail. Christophe Spincer fera ainsi tourner l’effectif et se féliciter d’une nouvelle prestation défensive de bonne qualité, c’est bien ce qu’il faudra retenir pour Matthieu Braga avec aussi les trois points « Ce match à Saint Malo aurait pu être un match piège contre une équipe qui ne lâche rien du début jusqu’à la fin mais qui n’a plus rien à perdre et qui souhaite rendre une belle copie à domicile. On commence très bien notre rencontre avec un 7-0, Saint Malo porté par un public présent est revenu dans la partie mais surtout à cause de notre baisse de régime. Nous n’avons pas pratiqué notre meilleur jeu ce soir mais le résultat y est.« 

Pour Julien Gau, l’équipe continue d’apprendre à ce niveau et jouer contre Saint Cyr sert bien évidemment à la classe jeune de Saint Malo « Nous nous sommes battus avec nos armes (beaucoup de cœur et d’envie) et avec le soutien de notre public, le groupe avance petit à petit, les jeunes ont de plus en plus de responsabilités et commencent à montrer leur potentiel. Il faut continuer d’accumuler de l’expérience pour gommer les détails (tirs précipités et pertes de balles) qui, à ce niveau, se payent cash. »

Rouen 36 – 32 Dreux AC

On retourne sur Rouen avec encore un duel d’extrême avec le troisième de la Poule contre le onzième Dreux, qui ne réussit pas à se sortir de cette spirale négative. Les joueurs de d’Eure et Loire voyaient Tuzolana faire sa première apparition cette saison. Cela ne suffira finalement pas pour récupérer un premier succès.

C’était porte ouverte en cette première période chez Dreux, qui d’habitude se sert de sa défense pour tenir mais qui avec 21 buts encaissés n’a pas su tenir les rouennais, un constat partagé par Fabrice Sessou « C’est beaucoup trop, on y était pas, la faute au manque d’agressivité je pense et des gardiens qu’on n’aide pas. Rouen a bien profité de sa relation avec son pivot« . A déjà cinq buts en 15′ de jeu, Francis Tuzolana va poser un temps mort, salvateur puisque derrière, Dreux parviendra à revenir à trois buts sur une réalisation de Kabasele.

Le jeu rapide et les très bonnes transitions rouennaises vont profiter à Ganivet et Gervais qui vont se faire plaisir. L’alternance aussi de loin, de duels et du jeu avec Lemarchand vont faire mal à Dreux. L’écart va grimper encore sur le début de deuxième mi-temps où les coéquipiers de Fabrice Sessou qui vont se retrouver à -9. Comme nous le racontait l’arrière drouais, ils ne lâcheront pas et vont parvenir à offrir du suspense dans cette rencontre « On a eu un sursaut d’orgueil, la faute à une baisse de vigilance des rouennais je pense. On était encore dedans, on avait des balles à -2 mais on a des immanquables qui font qu’on reprend le feu alternant du bon et du moins bon.« 

En effet, les tauliers de Dreux vont faire le job pour revenir. C’est à 3′ du terme que les coéquipiers de Kevin Kiangebeni vont s’approcher à trois buts. Derrière, une exclusion temporaire de Broussais et les voilà en infériorité. Rouen reprend alors feu et va s’assurer une victoire confortable profitant de l’irrégularité de Dreux. Avec 6 joueurs à plus de trois buts inscrits, Rouen continue de démontrer qu’il possède un collectif hyper complet et donc capable de jouer les troubles fêtes en haut.

Malgré tout, ce fut une victoire poussive finalement pour les rouennais pour Raphaël Vital « Ce match été important pour nous après la défaite face Saint Cyr il y a deux semaines. Nous savions que Dreux possède des joueurs très bons individuellement, avec de grosses qualités physiques, mais que si nous imposions notre rythme dès le début, la suite du match serait à notre avantage. C’est ce qu’on a su faire lors de la première période. […] Nous avons pris la mauvaise habitude de mal commencer nos deuxièmes mi temps, ce qui a permis à l’équipe adverse de se remettre dans le match et revenir à quelques buts. Mory et Arthur on su faire les parades au bon moment pour nous aider à rester dans le match. Ce fut un match très compliqué, mais la victoire est quand même de notre coté.« 

Pour Fabrice Sessou, les matchs se suivent et se ressemblent pour un groupe fort individuellement mais qui doit gagner en régularité « Le constat, il est là. La régularité on l’a pas ! Ce match me fait penser au match contre Pouzauges, c’est le même scénario. J’espère que quand on aura cette régularité, on pourra avoir cette première victoire qui se fait attendre par tout un club dont nos supporters qui nous suivent toute l’année. Il va falloir se reprendre dès le week-end prochain contre Saint Malo, c’est victoire obligatoire, on est à Domicile, on réfléchit plus !« 

Most Popular

Suivez toute l'actualité de la N2 Masculine de Handball.

Tous les résumés du Lundi au Mercredi.

Les gros matchs du week-end ? C'est le Vendredi que ça se passe !

Pour suivre les nouvelles des clubs de Nationale 2, c'est sur notre Facebook et Twitter que tu les trouveras !

Envie de voir comment ça joue sur les parquets ? Instagram est là pour te faire partager les clichés pris par les photographes !

To Top