Poule 6

Le repêchage en valait la peine !

Crédit Photos : Loïc Gérard

Nous étions dubitatifs sur ces nombreux repêchages mais en voyant Villeneuve Loubet et Marseille aussi performants, ça nous fait quand même très plaisir. La Crau et Draguignan envoient du lourd en haut tandis qu’Istres s’est lâché en balaçant des centaines de matchs de D1 sur les parquets de N2.

AS Monaco HB 22 – 23 ASBTP Nice

Match retenu comme celui à suivre de la journée, le duel entre monégasques et niçois n’a pas déçu. La première mi-temps commençait tambour battante dans laquelle les joueurs du Rocher réussissaient à prendre le leadership malgré plusieurs exclusions temporaires dont ils ne ressortiront pas si perdants que cela.

Les aiglons restaient au contact avant de rentrer au vestiaire notamment par Rabenandrasana notamment, évitant à Monaco de prendre l’écart (16-13 puis 16-15). C’est ainsi que le BTP conservait ses chances durant une période portée sensiblement sur l’offensive ce que confirmait le portier niçois Alexis Charlier « En début de match, Monaco prend les devants dans une première mi-temps prolifique en buts. On réussit à rester au contact et on finit la mi-temps à un but mais en deuxième, les deux équipes sont en échec offensivement notamment au tir. »

En effet, discours des coachs ou tout simplement le manque de réussite comme le soulignait Charlier, les acteurs vont décider de fermer la baraque et offrir un duel défensif au public monégasque de Saint Antoine. Par ailleurs, l’entrée de Galas chez Monaco et Charlier chez les niçois y seront aussi pour beaucoup dans ce changement de physionomie dans la rencontre.

A ce jeu-là, on retrouve d’ailleurs Nice qui réussisse bien souvent à l’emporter sur des matchs relativement défensifs. Monaco ne marquera pas pendant les dix premières minutes après la pause et laisse les aiglons prendre l’avantage grâce à l’inévitable Boubacar Sidibé. Ce n’est pas pour autant que les niçois prendront le large, car la défense monégasque se voulait loin d’être dégueulasse. Passé la 40ème minutes, l’ASM a enfin un sursaut d’orgueil et va carrément égaliser avec Gomis et Plaquin très propres ce Samedi avec 5 buts chacun, relançant la rencontre (16-19 puis 19-19).

Un mano-a-mano en découle mais sans jamais voir les aiglons laisser la mène et Charlier sortira un arrêt décisif dans les derniers instants pour offrir aux siens une victoire ô combien précieuse.

PAUC² 27 – 32 Villeneuve Loubet

Énigmatique cette saison pour Pays d’Aix. Recevant Villeneuve Loubet, en confiance sur ce début de saison, on ne pouvait pas forcément en dire autant pour les aixois. La combativité des Loups et aussi une répartition sur la feuille bien plus importante que l’an passé font que les azuréens se retrouvent aujourd’hui dans la première partie de tableau.

Les hommes de David Morel ont maîtrise les débats de A à Z sans trop laisser les jeunes réservistes espérer, une fois avoir mené. Certes, la rencontre se voulait à l’avantage du PAUC derrière les Paris, Porte et Quintin (6-3) mais le réveil des Loups va faire mal. Saaidi va commencer à sortir le grand jeu dans les buts tandis que devant Gorgerin ou Chalindar vont valider tous les arrêts, ça fait un 6-0 infligé à la réserve de Lidl StarLigue (6-9), un temps faible, lourd en conséquence pour Samir Meziane « On a bien commencé le match, on a mis une grosse intensité en défense dès le début. On a commencé à flancher au bout de la 10’ où on a eu un temps faible qu’on a pas su surmonter. On est descendu en dessous de notre seuil minimal d’exigence je pense« .

Ces sept minutes vont être déterminantes, car derrière, Aix ne reviendra que rarement en dessous de cette barre des trois buts d’écarts. Guillaume Marroux fera en sorte de le faire grimper jusqu’à cinq avec trois buts consécutifs (9-14) avant que Porte et Paris ne fassent le job pour limiter la casse avant la mi-temps (12-15) mais l’ailier des Loups se voulait confiant grâce à la défense efficace ce Samedi « On ne s’est pas affolé car on avait des solutions claires en attaque. Nous avions bien préparé le match tactiquement et ça a payé. Grâce à une bonne défense et notre gardien qui a fait une grosse partie, on a pu passer devant et garder cet avantage tout au long du match.« 

De retour sur le parquet, Aix va revenir à un but grâce encore à son duo d’arrière (18-19). Sans jamais paniquer, Villeneuve Loubet gérait la situation, le soulevait le portier aixois « Ils ont su gérer leur temps faible de la meilleure des manières ce qui leurs a permis de rester devant tout au long du match » Dépensant trop d’énergie à revenir, les protégés de Didier De Samié vont encore prendre la foudre par Daragon (18-24), meilleur buteur des Loups avec Marroux sur cette rencontre. Durand se fera plaisir et maintiendra cet écart tandis que Saaidi continuait son récital.

En face, Méziane se montrait aussi à son avantage avec ses douze arrêts. Karolczak profitait du « Garbage time » pour soigner son record de la saison avec six buts. Très grosse performance donc pour Villeneuve Loubet qui grappille des points précieux pour le maintien et envoie un message au reste de la Poule avec le dernier mot pour la recrue du VHB « C’est une belle performance de notre part, on espère répéter cette prestation pour le match contre Monaco et continuer sur notre bonne dynamique.« 

Saint Raphaël² 26 – 27 Draguignan

Décidément, cette saison, les centres de formation ne semblent pas être à la fête. Venus avec seulement 10 joueurs dont deux gardiens, les varois devaient faire face à Draguignan, expérimenté et au complet. Un match qui avait une saveur particulière comme nous le disait l’international espoir Mihailo Vojinovic « Le match était très attendu chez nous, car c’était le derby dans notre région. De plus, c’était un honneur de jouer contre des anciens du club dont Sébastien Garain et Aurélien Abily.« 

Draguignan démarrait le mieux avec justement les anciens du SRVHB, Garain et Abily, qui faisaient un premier break (2-5) mais la réserve ne voulait pas se laisser faire sur ce derby et revenait à la marque. Quatrevaux sortait des arrêts et derrière ça suivait forcément pour les minots qui se projettent vers l’avant très rapidement (7-7).

La fin de période se voudra très équilibrée où chaque équipe se rendra coup pour coup. Alors qu’il effectuera ses débuts professionnels ce soir, Vojinovic aura été très tranchant sur ces trente premières minutes avec quatre de ses neufs buts.

De retour des vestiaire, le match sera tout aussi serré mais cette fois-ci, à l’avantage des potentiels leaders de la Poule. La fatigue n’était pas à négliger avec des nombreux absents pour les minots de Nikola Vojinovic, nous précisait le demi centre varois « Nous avons eu quelques tirs raté à 6m, qui était des actions importantes afin de gagner. Ce manque de lucidité peut aussi se comprendre puisqu’ on a pas eu trop rotations à cause du manque d’effectif.« 

Une fois n’est pas coutume, ce n’est pas Degeorges mais bien Jaulent qui sortira le grand jeu dans les buts de Draguignan. Quelques arrêts suivis d’un zeste d’expérience et voilà la recette pour prendre un écart de trois buts chez Saint Raphaël.

Vojinovic, pas trop du genre à accepter de perdre, va enfiler les buts comme des perles et faire un retour remarqué à une unité. Petit va même égaliser et offrir la possibilité de remporter un derby riche en suspense. L’exclusion de Lubrano Lavadera à deux minutes du terme va quelques peu clore les débats.

Petit, encore une fois, a l’occasion de faire passer Saint Raphaël devant, ce que Jaulent ne permettra pas. Finalement, le héros de la soirée sera Galliano, auteur de son seul but de la rencontre et qui permet ainsi à Draguignan de poursuivre sa série victorieuse.

Un joli derby avec de la défense comme on aime qui réussit cette fois-ci aux protégés de Sébastien Mercère qui confirme les attentes portées à leur encontre. Un match cependant qui ne satisfait pas totalement Sébastien Garain « On a pas été très bons et disciplinés en défense, on a joué face à des jeunes de Saint Raphaël très disciplinés. On a pas su tuer le match quand il fallait. On est passé à +3, on aurait du appuyer un peu plus et imposer notre rythme mais bon on va retenir les 3 points. Le match s’est joué sur des détails qui nous sourient en ce moment mais il faudra gommer ces imperfections.« 

Pour Saint Raphaël, il va falloir gagner pour ne pas perdre de vue le wagon qui possède déjà trois points d’avance sur eux mais la performance reste très positive pour Vojinovic « Chacun a pris ses responsabilités que ça soit en attaque ou en défense. Mais le point le plus important était l’état d’esprit qui était parfait du début à la fin. Notre équipe était très jeune, avec des joueurs du pôle espoir qui ont très bien assuré leurs rôles au sein du collectif. Malgré la défaite et de la déception, on en tire beaucoup de choses positives pour la suite !« 

Marseille Provence Handball 28 – 26 Guilherand Granges

On poursuit avec les phocéens qui recevaient Guilherand Granges, deux clubs à l’état d’esprit irréprochable qui avaient tout deux, envie de faire un résultat. Le Père Noël était de passage à Marseille et il semblerait qu’il ait bien entendu les souhaits des gamins du club.

Le début de rencontre est à mettre à l’avantage de Marseille, coutumier du genre cette saison. Chakira et Imbert, incisifs, profitent des parades de Nicollini pour faire un écart souhaité par Fred Perin dès l’entame sur un jeu rapide préconisé par l’entraîneur marseillais. Bredel et Brueyre avaient le bras chaud avec dix tirs à eux deux en cinq minutes mais certains permettent finalement à Guilherand Granges de revenir et même passer devant les phocéens (5-2 puis 6-7) avec une défense aussi bien plus dense.

Malgré plusieurs exclusions dont deux successives de Rantchich, Marseille repart dans les vestiaires avec un but de retard, un moindre mal pour eux. La deuxième période va changer la donne, clairement. Porte enchaîne trois buts consécutifs, restant au contact des ardéchois, bien emmenés par Beaucourt encore une fois, trouvant la faille sur jets de 7m.

Dans le vestiaire, Fred Perin voulait voir ses joueurs s’appliquer tandis que Lionel Héritier voulait surfait sur la fin de première période et malheureusement pour les ardéchois et Pierre Beaucourt, ce ne sera pas ce qui se passera pour eux comme il nous le disait « On voulait rester sur la dynamique de la fin de période mais on a été trop passif et latéral en attaque »

Derrière Maxime Morel aka « Pepito » va prendre feu soutenu aussi par Imbert et c’est finalement tout Bois Luzet qui va s’enflammer avec Marseille, largement devant à l’entame du dernier quart d’heure (23-17). Les ardéchois vont t’il également faire douter et faire un hold-up aux protégés de Fred Perin ? Malheureusement pour eux, ce ne sera pas le cas. Pourtant, les arrêts répétés de Marce vont poser des problèmes et le HBGG reviendra à deux unités, faisant trembler les supporters venus en nombre.

Les démons rattrapent donc les coéquipiers de Morel « Ils nous prennent en strict et là, à nouveau, coup de mou où on arrive plus à trouver de solution. Heureusement que le jeu à 7 nous permet de trouver des solutions en attaque mais au final nous arrivons de mieux en mieux à gérer nos émotions ainsi que nos fin de matchs malgré certaines erreurs qui auraient pu être dangereuses« 

Nicolini se tape d’ailleurs une deuxième exclusion dans les dernières minutes et malgré cela, Morel trouvera le moyen de mettre son troisième jets de 7m sans trembler et offrir ainsi une victoire essentielle qui leur permet de prendre ses distances sur le bas de classement.

« De la frustration, on est tous passés à côté. C’était pour nous un match pour confirmer, ça nous aurait permis de faire un pas vers le maintien mais on a échoué sur cet objectif-là. On a à cœur de nous reprendre contre Istres, on sait que ça joue au ballon avec un projet de jeu strict. Ca va pas être facile et faut qu’on soit prêt à courir. On avait les armes pour tenir ce match et repartir avec une victoire mais on a tous envie de prendre notre revanche avec notre public et notre ambiance pour clôturer cette première partie avec une victoire.« 

Pour conclure, Marseille termine très bien cette année au plus grand plaisir de l’ailier phocéen « On a goutté a la victoire depuis quelques matchs et on a plus envie de toucher à autre chose, le collectif prend de plus en plus forme et c’est bien !« 

Chateauneuf Handball 27 – 29 US Crauroise

Cette journée nous offrait un joli duel entre Châteauneuf et La Crau, deux équipes expérimentées qui aimeraient bien démarrer une série victorieuse. Ce qu’on peut dire du début de rencontre, c’est que les joueurs de Nicolas Peyrere ont connu les pires difficultés à rentrer dedans où les absences étaient nombreuses entre Buggeai et Illes côté Châteauneuf et Cassas et Frade Fontan chez les varois.

Le duo LauxRaviol faisait mal dans les premiers instants (5-1) avant que Guilloteau ne fasse son chantier pour revenir dans la partie (7-5). Une fâcheuse habitude pour les coéquipiers de Fernandes « C’est un problème que nous devons résoudre assez rapidement pour éviter de se faire peur dès le début des rencontres, mais derrière, ce qui peut être surprenant, c’est que nous avons de plus en plus de facilité à garder la tête froide. On arrive à se remobiliser tous ensemble et rester dans notre projet de jeu.« 

Le gaucher, d’ailleurs, prenait le relais sur le côté droit, tandis que les réalisations étaient plus répartis chez les joueurs de « Chateau ». Finalement, Gerin conclut cette mi-temps avec un but dans les derniers moments de celle-ci pour laisser un laps d’avance de deux buts.

Le match continue sur un rythme moins soutenu et surtout moins riche en but à l’instar du match entre Monaco et Nice. Au tour d’Allouche se mettre en évidence et contrer les jets de 7m (7 au total) d’un Laux diminué ne jouant que très peu en attaque. Cette donnée-là, La Crau ne va pas se priver d’en profiter et réussira enfin à mener sur une réalisation de Laffont.

L’exclusion temporaire de Guilloteau semblait mettre fin au débat sur ce match mais celle de Fernandez une minute plus tard aura, elle, bien plus d’importance. Chateauneuf, devant à ce moment-là, va prendre deux buts mais aura tout de même l’occasion d’égaliser après un temps-mort posé par Bruno Helmrich. Occasion ratée pour eux et Aroca marquera un but anecdotique pour conclure ce hold-up si l’on en croit les 55 minutes passées devant pour Chateauneuf.

Changement radical de décor pour La Crauroise et la recrue Fernandes s’en satisfait bien entendu « Nous commençons à connaître notre force et notre niveau de jeu. Nous avons gagné avec l’envie et la solidarité de l’équipe malgré l’absence de deux joueurs importants (Sébastien Cassar-Victor Frade Fontan). Nous sommes premier avec un match en plus, les objectifs du début de première partie de saison sont plus ou moins respectés mais le chemin est encore très long et nous en sommes conscients.« 

Istres² 36 – 29 Teyran

On s’intéresse toujours aux matchs des équipes professionnelles avec des réserves chez nous pour voir si les espoirs trouvent du temps de jeu en LSL ou PL. Quand on a vu que la majeure partie de l’effectif du centre se trouvait sur la feuille de match en Coupe de France, on s’est demandé ce qui allait se trouver en Nationale 2 alors que le club connait des difficultés au classement et ça pouvait forcément rassuré les minots dont Dylan Maligue « Nous étions très renforcés car avec un contexte de coupe de France, nous avions pas mal de joueurs professionnels dans notre effectif qui nous ont beaucoup apportés dans les moments difficiles. Disons qu’ils nous ont débloqués pas mal de situations. Nous avons pu aborder le match un peu plus sereinement.« 

On a tout bonnement eu droit à des descentes monstrueuses de Lidl StarLigue. Cela devait faire depuis ses années Saint Raphaël que Nicolas Boschi n’avait pas débarqué sur nos parquets à titre d’exemple. En face, hors de question que Teyran joue la tête baissée et ce fut le cas. Sans surprise, c’est Grebille et Dornois qui faisaient un chantier dès l’entame de match malgré la présence de Tabarand dans les buts istéens.

En face, Roche se baladait et enchaîner les buts comme des perles avec 4 buts en dix minutes. La patte gauche d’Hosni faisait aussi des dégâts et ça se ressentait au tableau d’affichage (10-6). Teyran essaie de ne pas lâcher mais doit rentrer aux vestiaires avec six unités de retard (21-15). Les héraultais repartent très bien avec Olsen, très en vue et c’est donc le promu qui reste à distance en profitant des manques de repères d’Istres comme le soulignait le portier de la réserve istréenne « Offensivement, nous avons eu quelques déchets techniques, car notre équipe était un peu remaniée avec des joueurs qui n’avaient pas forcément l’habitude de jouer ensemble, mais au même titre du match ces erreurs se sont gommés« .

Maligue rentre alors en jeu et sort quelques tentatives et accompagné des jambes de feu de Tuzolana, c’est Istres qui reprend le large (33-25). Dornois et Grébille limitent la casse mais Teyran était trop léger pour contrer l’effectif renforcé des istréens.

Le mot de la fin est pour le jeune gardien, en réussite sur cette fin de rencontre « Cette équipe de Teyran a tout de même su nous poser des problèmes en début de match. Ce fut un match assez linéaire où nous avons réussi à creuser l’écart au fil du match grâce aux arrêts d’Arnaud, et aux exploits de certains joueurs de champ.[…] Ça reste très enrichissant de pouvoir côtoyer des joueurs professionnels mais aussi de jouer avec eux, et donc de discuter sur le jeu.« 

Most Popular

Suivez toute l'actualité de la N2 Masculine de Handball.

Tous les résumés du Lundi au Mercredi.

Les gros matchs du week-end ? C'est le Vendredi que ça se passe !

Pour suivre les nouvelles des clubs de Nationale 2, c'est sur notre Facebook et Twitter que tu les trouveras !

Envie de voir comment ça joue sur les parquets ? Instagram est là pour te faire partager les clichés pris par les photographes !

To Top