Poule 4

Les leaders bousculés

Crédit Photos : Coline BILLOT

A l’occasion d’une journée pleine de surprises, Sélestat et Metz ont chuté respectivement à Lure-Villers et contre St-Brice. De leurs côtés, Villers confirme, Nancy sort de la zone rouge et Besançon gagne enfin. Nul doute que 2020 nous réserve encore de nombreux rebondissements et que les équipes de tête vont continuer à en baver pour s’octroyer le titre.

Plobsheim 25 – 30 Grand Nancy

Nancy s’extirpe de la zone rouge ! Les jeunes promus continuent sur leur excellente dynamique et décrochent un précieux succès en terre alsacienne. Plobsheim a décidemment du mal cette saison et effectue un pas de plus vers de la zone rouge.

 Ce choc du bas de tableau démarre timidement avec peu de buts. Nancy, privé de Léo PLANTIN, répond à Plobsheim, qui doit faire sans Théophile KEMPF. Assez vite, les visiteurs se détachent grâce à Aboubakar FOFANA (6 buts) et Mathias SOLTANE (6 buts) (5-7, 15e). De son côté Plobsheim perd trop de ballons et voit l’écart qui continue de se creuser. Le temps mort de Jean-Luc KIEFFER ne change pas la donne, les oranges patinent et Nancy rentre aux vestiaires avec une belle avance (10-16, mi-temps).

En seconde période, Plobsheim se reprend à l’image de Jordan FRANCOIS-MARIE (10 buts), relançant le match devant un public désormais habitué aux scénarios les plus fous (17-19, 41e). Mais le temps mort posé par Youcef BELKHAROUBI a plus d’effet que celui de son homologue en première période, et Nancy se réveille pour creuser à nouveau l’écart. Jérémy BOSSENAUER (5 buts) régale et Hugo BORDY enchaîne les parades, empêchant Plobsheim d’accrocher le bon wagon (21-26, 51e). Dans le sprint final, le sursaut de la dernière chance n’a pas lieu du côté des locaux, qui s’inclinent une nouvelle fois devant leurs supporters.  

L’entraîneur nancéien s’est montré satisfait de ses joueurs à l’issue de la rencontre : « Nous avons maîtrisé le match de bout en bout malgré quelques incertitudes. Nous avons mis tous les ingrédients nécessaires pour construire notre victoire, de la rigueur en défense et en attaque, on a su être patient pour battre cette belle équipe de Plobsheim. En deuxième mi-temps, nous avons rencontré quelques problèmes face à François-Marie, mais l’équipe a su remettre un coup d’accélérateur quand il le fallait ».

Malgré ce revers, Plobsheim « profite » de la défaite de Semur à Besançon pour garder la tête hors de la zone rouge, mais les alsaciens devront vite engranger des points s’ils ne veulent pas continuer à plonger dans le classement. Le déplacement à St-Brice s’effectuera donc avec une certaine pression. Les nancéiens quant à eux peuvent être soulagés, ils ne sont plus relégables. Ils accueilleront Lure-Villers à la fin du mois pour tenter de continuer leur incroyable remontée amorcée en décembre dernier, avec comme objectif d’assurer le maintien au plus vite : «  Nous sortons de la zone rouge grâce à notre travail depuis plusieurs semaines. La deuxième partie de saison sera très disputée au vu des différents résultats. A nous de continuer ainsi pour garder notre dynamique et notre objectif de maintien ».

HBC Lure Villers 29 – 27 Sélestat

Le leader chute à Lure-Villers ! En s’inclinant pour la deuxième fois de la saison, Sélestat constate qu’il n’est pas facile de se déplacer dans la peau du leader. Heureusement pour eux, les messins n’en profitent pas suite à leur défaite contre St-Brice. Les lurons quant à eux peuvent être joyeux, ils réalisent l’une des sensations du weekend et grappillent une place de plus au classement.

Après un début de match où aucune équipe ne parvient à faire la différence, ce sont les violets qui mettent le feu aux poudres avec Simon JAEGER (9 buts)  dans le rôle de l’artificier (6-9, 13e). Vexés, les lurons réagissent avec la manière et reviennent dans le coup en infligeant un 4-0 aux jeunes visiteurs. La fin de la première période est plus cadenassée, les gardiens commençant à monter en puissance, avec Jonathan GAULARD (13 arrêts) répondant à Clément FRANCK (9 arrêts). Au moment de rentrer aux vestiaires, les deux équipes se neutralisent (15-15, mi-temps).

Le début de la seconde période est similaire à celui de la première : peu de but et deux équipes qui se rendent les coups. Les locaux doivent composer avec de nombreuses exclusions temporaires mais s’accrochent en se montrant solidaires en défense. De son côté, Sélestat se montre trop imprécis pour prendre le large. Le suspens reste entier lorsque l’entraîneur de Lure-Villers, Frédéric CARISEY, pose son temps mort en vue du sprint final (22-22, 50e).

En confiance dans une salle en ébullition, Lure-Villers accélère et inscrit 4 pions en trois minutes grâce à ses buteurs du jour Johann TSCHIRRET (9 buts) et Jordan DAGUENET (7 buts). Et contrairement à son habitude, la réserve de Sélestat craque (26-23, 54e). Benoît DEGHAUD (3 buts) et les violets continuent de buter sur Jonathan GAULARD (13 arrêts), une fois de plus décisif. Les locaux gèrent parfaitement leur fin de match et Sélestat ne trouve pas les moyens de revenir à moins de 2 buts, écart au coup de sifflet final.

Très satisfait, le capitaine luron Mickaël ROMAIN (3 buts) nous explique les clés du succès de son équipe : « Cette victoire nous fait énormément de bien. Le match a été très serré jusqu’à la fin, mais il nous a permis de poursuivre sur notre lancée de la semaine dernière. Très honnêtement, c’est le match référence de cette saison, tant nous avons mis l’ensemble des ingrédients pour parvenir à l’emporter. On savait qu’il n’en faudrait pas moins contre ces jeunes pleins de talent. On a une nouvelle fois pu compter sur une très forte solidité défensive et un gardien au top de sa forme. On a fait preuve d’une combativité exemplaire pendant 60 minutes et je pense que c’est cela qui a fait la différence. Et forcément, avec des certitudes défensives, les phases offensives étaient bien mieux maîtrisées, et le collectif bien réglé. Notre public a aussi joué un rôle primordial en mettant une ambiance de folie dans les tribunes ».

Motivé par la  forme étincelante de son équipe, Mickaël ROMAIN (3 buts) est ambitieux et croit en son groupe pour aller titiller le haut du tableau. Et ils n’en sont pas loin. Avec cette victoire, Lure-Villers pointe désormais à la 5e place, à seulement deux points du podium. Pour espérer l’atteindre, il faudra aller gagner à Nancy dans un match aux airs de revanche pour le capitaine luron : « L’objectif est maintenant d’accrocher le wagon de tête, car avec de telles prestations, on y voit un peu plus clair sur le réel potentiel de l’équipe. Mais pour cela, il ne faudra absolument pas relâcher nos efforts, avec un déplacement chez des Nancéiens qui nous ont fait chuter à domicile au match aller ».

De son côté, Sélestat conserve son fauteuil de leader, mais cette défaite sonne comme un avertissement pour la troupe de Thierry DEMANGEON. Les violets devront réagir contre Semur lors de la prochaine journée s’ils veulent rester devant Metz.

Crédit photos : Marilyne VARNIER

Metz 32 – 33 AS St Brice Courcelles

Les difficultés se confirment du côté de Metz ! Après s’être inclinés à Sélestat et avoir gagné dans la douleur contre Nancy, les messins ont une nouvelle fois vécu une soirée difficile ce dimanche. L’année 2020 ne leur réussit pas, mais ils peuvent compter sur la défaite de Sélestat pour rester à leur niveau. Sortant de deux matchs nuls consécutifs, St-Brice se rattrape en s’offrant cette fois une victoire référence sur le gong, au terme d’un match rocambolesque.

C’est justement les bricos, frustrés par leurs dernières sorties, qui annoncent la couleur en claquant un 4-0 d’entrée de jeu. La dernière fois que Metz avait connu une telle entame, c’était contre Sélestat en janvier dernier, et cela s’était soldé par leur première défaite de la saison. Déboussolés, les lorrains parviennent tout de même à trouver le chemin des filets et à refaire petit à petit leur retard, notamment grâce à Simon VOLTZ (4 buts) et Xavier BLOND (7 buts). Ce dernier rejoint au passage Mehdi LACRITICK (Rueil) en tête du classement des buteurs (94 unités). Après le premier quart, d’heure, les deux équipes sont à égalité (10-10, 16e).

À nouveau dans le coup, Metz passe pour la première fois en tête. Mais seulement pour un court instant. En effet, les jaunes et bleus calent à nouveau, tombant sur un excellent Hamdi HABACHA (11 arrêts), et restent muets durant plus de sept minutes. St-Brice en profite pour reprendre l’avantage grâce à un nouveau 4-0, qui aurait pu être plus conséquent sans les parades de Nicolas BALMY (10 arrêts). Les bricos terminent la première période en trombe avec un Romain BAUMANN (9 buts) stratosphérique, et filent aux vestiaires avec l’avantage au score (15-17, mi-temps).

En seconde période, St-Brice continue de faire course en tête, comptant jusqu’à 4 buts d’avance à plusieurs reprises (22-26, 44e). Mais les messins savent qu’ils ont une opportunité à saisir en tête du classement et parviennent à revenir grâce à Elias PUISSEGUR (6 buts) à cinq minutes du terme (28-28, 55e). Les bricos ne paniquent pas et repassent en tête, mais se voient privés de Nicolas ROLLINGER (7 buts) pendant deux minutes. Metz ne passe pas à côté de cette occasion pour reprendre les rênes en inscrivant deux buts en une minute. Comme lors de leur déplacement à Plobsheim, les lorrains finissent fort et sont en position de force à deux minutes de la fin (31-30, 58e).

Le money time est lancé ! Nicolas ROLLINGER (7 buts), revenu sur le terrain, permet à St-Brice de recoller avant de passer en tête grâce à Adrien GOFFIN (5 buts) qui profite des erreurs messines (31-32, 59e). Durant une dernière minute interminable entrecoupée par deux temps morts, les supporters locaux se mettent à rêver lorsque Jimmy SIBILLE (5 buts) égalise, mais voient leurs espoirs s’envoler quand Morgan STAIGRE (2 buts) offre la victoire aux bricos à quelques secondes du coup de sifflet final. Comme un symbole, lui qui avait provoqué le jet de 7 m sur lequel St-Brice avait concédé le nul contre Rueil la semaine dernière en toute fin de match.

A l’issue de ce match d’une grande intensité, l’entraîneur brico Stéphane GARCIA a pu exprimer sa joie : « Elle fait du bien celle là ! On n’avait pas encore de victoire référence cette saison, c’est fait aujourd’hui chez le leader qui était invaincu dans sa salle et comptait une seule défaite à ce jour. On est bien rentrés dans le match et on a fait course en tête avec une grosse partie de notre gardien Hamdi. En 2e mi-temps, nous sommes passés en 1-5 pour changer de dispositif défensif et cela leur a posé quelques problèmes. On reste devant jusqu’à la 54e (28-28). Metz mènera seulement à 2 reprises d’un but en fin de partie mais le dernier but de la victoire sera pour nous, à 12 secondes de la fin par Morgan, notre capitaine malheureux du weekend dernier ».

Son homologue messin David MOTYKA est quant à lui revenu sur les difficultés actuelles de son équipe : «  Depuis la reprise nous avons pris la bonne habitude de ne pas commencer les matchs à l’heure, de courir après le score et d’être sous pression tout le temps. Contre St Brice, nous manquons de régularité, nous sommes capables d’enchaîner de très bonnes séquences de jeu mais régulièrement plombées par des pertes de balle et un duel tireur/gardien peu fructueux. Cette coupure va faire du bien au groupe, nous allons travailler sur nos lacunes actuelles et le retour de Guillaume Ballet (6 semaines d’absences) va apporter un peu de fraîcheur ».

Grâce à cette belle victoire, St-Brice se donne un peu d’air sur le bas de tableau et peut regarder devant. Ils devront confirmer lors de la réception de Plobsheim lors de la prochaine journée. De son côté, Metz rate l’occasion de repasser seul en tête, et devra montrer un meilleur visage contre Molsheim s’ils veulent repartir vers l’avant. Car mine de rien, ça peut revenir vite derrière.

Cernay/Wattwiller 27 – 29 Villers HB

Villers décroche une belle victoire à l’extérieur ! Les lorrains confirment leur bon état de forme et s’accrochent à leur troisième place. Mieux, ils profitent des défaites des leaders pour revenir à 6 points. De son côté, Cernay ne transforme pas l’essai après sa victoire à Molsheim, et reste dans le viseur de ses poursuivants Nancy et Plobsheim. Les haut-rhinois ont décidemment du mal à domicile depuis plusieurs mois, leur dernière victoire à la maison remontant au 20 octobre dernier lors de la 4e journée.

Les locaux démarrent pourtant très bien la rencontre devant leur public, notamment grâce à leur renfort hivernal Lilian GAY (10 buts) qui retrouve vite ses marques. Cernay domine et Mathieu MARTIN (5 arrêts) fait douter les attaquants adverses (10-6, 14e). Mais après le premier quart d’heure, la tendance s’inverse complètement et Villers profite d’un passage à vide des locaux pour enchaîner 4 pions et rattraper son retard. A la pause, les lorrains mènent d’une courte tête (14-15, mi-temps).

En seconde période, Cernay ne baisse pas les bras et sonne la révolte pour revenir dans le match (18-18, 38e). Malheureusement pour eux, elle sera de trop courte durée. Butant sur Michel LEFORT (9 arrêt), ils commencent à tomber en panne d’inspiration offensive. Pour un but marqué, Villers en inscrit trois de son côté, notamment grâce à Maric WOJCIK (8 buts) et Thibault BALAUD-RAVAILLE (6 buts) (20-24, 46e). Les visiteurs creusent l’écart et les tensions réapparaissent dans le camp cernéen. Le pivot Yanis MOUBAREK (1 but) est exclu directement et rentre aux vestiaires.

Mais alors qu’on pense que Cernay va s’effondrer définitivement, comme cela a déjà été le cas à domicile cette saison, les bleus et blancs se rebiffent et infligent un 4-0 à leurs adversaires en moins de trois minutes, leur permettant de revenir dans le match (26-27, 57e). Le public alsacien peut de nouveau y croire et l’entraîneur villarois Olivier GUEUSQUIN pose son temps mort pour remobiliser ses hommes. Le discours paye et Villers reprend 2 buts d’avance. Mais Lilian GAY (10 buts) et les cernéens s’accrochent dans ce final sous haute tension durant lequel Christopher GOUDOU (5 buts) est exclu pour la dernière minute (27-28, 59e). Malheureusement pour les locaux, durant celle-ci, Maric WOJCIK (8 buts) inscrit le but du break et Michel LEFORT (9 arrêts) réalise la parade de la victoire. Cernay peut regretter ses quelques passages à vide et rate l’occasion de prendre sa revanche du match aller.

Villers confirme donc sa place sur le podium et peut préparer le choc face à Rueil programmé à la fin du mois. De son côté, Cernay voit Lure-Villers et St-Brice filer tandis que Nancy revient à toute vitesse derrière. Le prochain match à Besançon s’annonce donc très important pour rebondir et ne pas se retrouver dans une position plus délicate.

Crédit photos : Eloïse DECKER

Rueil AC 26 – 22 Molsheim

Rueil se rattrape à Molsheim ! Toujours privé de Mehdi LACRITICK, le promu parisien rebondit après le nul concédé le weekend dernier et prend par la même occasion sa revanche sur son adversaire du jour. Pour les alsaciens, la chute au classement continue. Ils pointent désormais à la 6e place, à égalité avec St-Brice. « Molsheim est une belle équipe qui nous a facilement battu à l’aller. J’espère vraiment que chez nous mes joueurs feront preuve d’orgueil et d’une volonté farouche de gagner ! Peu importe la manière il faut 3 points »nous confiait l’entraîneur rueillois Christophe GUISELIN la semaine dernière. Ses joueurs ont donc bien répondus présents.

Après deux buts inscrits d’entrée de jeu, Rueil encaisse un 5-0 suite à de nombreux échecs au tir. Mais de manière globale, les deux équipes éprouvent des difficultés offensives. La faute à des gardiens qui brillent : Christophe JOURDAN (19 arrêts) du côté de Rueil, et Benoît RAUEL (13 arrêts) pour Molsheim (2-5, 10e). Devant leur public, les parisiens se doivent de montrer un autre visage. Ils réagissent et comblent leur retard grâce à Brice FAUCHERAND (8 buts) et Elhadj KEITA (5 buts). A nouveau à égalité, les deux équipes s’installent dans un faux rythme durant lequel les locaux ne laissent plus s’échapper les alsaciens (11-11, mi-temps).

Au retour des vestiaires, Molsheim continue d’imposer le tempo en prenant l’avantage à plusieurs reprises sans pour autant pouvoir se détacher au score. Plusieurs chances que les visiteurs n’auront donc pas réussi à saisir, car au fil de ce second acte, la machine parisienne se met en route. Rueil profite de son rempart en état de grâce pour reprendre la main sur le match et semer son adversaire sur un doublé de William GAULARD (3 buts) (18-15, 43e). A partir de là, les parisiens contrôlent le match et Molsheim n’arrive pas à refaire son retard malgré les efforts d’Adrien RAYNEL et de Nicolas ZENS (6 buts chacun)

A l’issue de la rencontre, Christophe GUISELIN est revenu sur ce qui a fait la différence en faveur de son équipe selon lui : « On avait décidé d’aller les chercher très haut, de les harceler et je savais qu’à l’usure ça payerait. En plus j’avais le retour de deux de mes blessés (Cayez, Lewis). J’ai pas mal fait tourner en première période et tout le groupe a apporté, j’ai beaucoup moins fait tourner en seconde et je pense que la différence s’est faite là. Ils étaient cuits, pas nous. Je suis vraiment content de ma défense qui a été imperméable. On a rendu une belle copie avec peu de pertes de balles malgré trop de tirs faciles ratés. Le but sur le buzzer nous offre même le goal-average particulier sur Molsheim ! La trêve arrive bien car on n’a vraiment pas été gâté depuis les fêtes avec beaucoup d’absents. Pas sûr qu’ils reviennent tous pour Villers ».

Grâce à leur victoire, les rueillois suivent le rythme de Villers, qu’ils rencontreront donc lors de la prochaine journée dans un match qui sent bon la course au podium. De son côté, Molsheim tentera de stopper l’hémorragie lors de la réception de Metz, en petite forme ces dernières semaines.

Grand Besançon 37 – 31 HBC Semur en Auxois

La première pour Besançon ! La lanterne rouge est récompensée de ses efforts et prouve qu’elle est capable de fulgurances en dominant Semur au terme d’une rencontre prolifique. Pour les bourguignons, c’est la double peine. Ce revers les fait glisser dans la zone rouge.

Le début de match est plutôt serré, avec deux équipes qui doivent absolument l’emporter : Semur car ce match contre la lanterne rouge représente une opportunité de prendre 3 points là où toutes les autres équipes sont venues gagner ; et Besançon car le manque de points se fait cruellement ressentir et que les matchs contre les équipes de bas de tableau valent double.­ C’est finalement les premiers cités qui se détachent au bout de vingt minutes de jeu grâce à un 5-1 brutal en un peu plus de 4 minutes, leur permettant de rentrer aux vestiaires avec de l‘avance au compteur (14-17, mi-temps).

Alors que Besançon a l’habitude de bien commencer ses matchs avant de craquer, c’est l’inverse qui se produit cette fois. Andy DUMITRACHE, Mathis MOUGIN (9 buts chacun) et les leurs reviennent sur le terrain avec la ferme intention de ne pas laisser échapper ce match, et infligent un 5-1 à leur tour à une équipe de Semur désemparée (20-19, 38e). À partir de là, Besançon prend le contrôle du match et s’appuie sur la bonne entrée de Louis CUENOT (8 arrêts, 1 but) pour creuser l’écart (30-24, 50e).

En face, Semur doit composer sans son gardien Corentin LEPEE (2 arrêts) qui se bloque le dos.  Le buteur maison Grigory BLAGONADEZDHIN (8 buts) porte son équipe mais manque d’efficacité (8/15).  De leurs côtés, les jeunes de la réserve du Grand Besançon parviennent à gérer leur avance et continuer de saler l’addition pour s’offrir une belle victoire en championnat. La première depuis la saison 2017/2018. La série noire est enfin derrière eux.

Cette première victoire bisontine arrive tardivement dans la saison, mais elle permet de redonner un peu de confiance aux joueurs d’Eric JOSEPH et Jonathan BENNES qui peuvent rivaliser avec leurs concurrents directs. A six points du premier non relégable, l’opération maintien peut encore être jouable si Besançon continue sur cette voie, et ce, dès la réception de Cernay lors de la prochaine journée. Quant à Semur, il faudra vite relever la tête pour ne pas s’enliser dans la zone rouge. Chose qui ne s’annonce pas facile sur le terrain de Sélestat.

Most Popular

Suivez toute l'actualité de la N2 Masculine de Handball.

Tous les résumés du Lundi au Mercredi.

Les gros matchs du week-end ? C'est le Vendredi que ça se passe !

Pour suivre les nouvelles des clubs de Nationale 2, c'est sur notre Facebook et Twitter que tu les trouveras !

Envie de voir comment ça joue sur les parquets ? Instagram est là pour te faire partager les clichés pris par les photographes !

To Top