Coupe de France

3 équipes de N2 en 32ème !

Après avoir démarré de manière peu glorieuse leur campagne Coupe de France, les équipes de Nationale 2 ont finalement offert un récital en ayant trois équipes au 32ème tour !

Crédit Photos : Fabrice Balest

Après avoir démarré de manière peu glorieuse leur campagne Coupe de France, les équipes de Nationale 2 ont finalement offert un récital en ayant trois équipes au 32ème tour !

HBC Libourne 35 – 39 Pau Nousty

Quand on est venu discuter avec Castaing, la réponse a été immédiate et sûrement à l’image du sentiment d’après match de l’équipe girondine « C’est frustrant, il y avait la place de gagner ». En recevant Pau Nousty, Libourne savait que la partie ne serait pas des plus simples. Pourtant, les joueurs de Romain Cazemajou débutait très bien d’entrée à l’image de Cadel et Castaing, très chauds (8-3, puis 14-9). En posant deux temps morts à intervalles très réduites, le coach girondin sentait que le vent tournait et c’est à l’approche de la mi-temps que le pensionnaire de N1 reviendra à égalité par l’intermédiaire de Chibani, arrivé en provenance de Saint Flour profitant des difficultés de Libourne à gérer ses temps faibles.

Au retour sur le parquet, les girondins tiendront bien vingt minutes avant de se faire distancer par les assauts répétés de Jauneau. -2 puis -4 arrivé au money time, la marche était donc trop haute pour la bande de Cadel qui ne cache pas sa frustration d’un exploit raté : « Je suis vraiment déçu de cette défaite qui ne s’est pas joué à grand chose, car selon le tirage on aurait pu rencontrer une équipe de D2 au prochain tour et ça aurait été une incroyable expérience et une chance pour chacun d’entre nous de jouer ce genre de match. Mais je suis vraiment fier du match et du jeu qu’on a produit ce week-end, ainsi que de notre parcours dans cette compétition. Et surtout merci au public de venir toujours aussi nombreux à chacun de nos matchs ! »

ASPOM Bègles 20 – 29 US Saintes

L’ASPOM aura tenu une mi-temps face à Saintes. Proposant d’entrée une double stricte, les béglais n’y sont pas allés par quatre chemins pour prendre le dessus sur cette rencontre. La formule fonctionnait bien si l’on en croit le leadership obtenu sur cette première période allant jusqu’à trois unités d’avance derrière les arrêts de Girardin. Saintes, mis à mal, tentera tant bien que mal de ne pas se faire distancer et à l’expérience, ces derniers parviendront à revenir à hauteur sur un jet franc judicieusement exécuté par Grujicic.

Après la pause, ce ne sera pas la même. L’application et la réussite notamment de leur pivot Broucas laissaient place au joli combo pertes de balle – contre attaque. Saintes démarrait en trombe la deuxième mi-temps (13-18). Une fois l’emprise du match obtenue, les Fox ne laisseront pas les béglais revenir malgré un retour à deux buts. Les girondins se feront ensuite distancer dès l’instant suivant, le rouge de Saint Martin, efficace jusque-là, ne les aidant pas.

L’aventure est donc terminée pour l’ASPOM qui aura tout de même fait un bon bout de chemin dans cette Coupe.

Grand Poitiers 32 – 27 ASB Rezé

Alerte qualification et avec la manière. Les Griffons se voulaient tendus en ce début de match ne parvenant à marquer qu’après 5 minutes et sur 7m par Guignier. Derrière, Rezé va continuer à garder un temps soit peu le leadership tout en ayant Poitiers, jamais loin derrière. La mi-temps se finissait finalement à égalité avec deux exclusions temporaires dans les 30 dernières secondes pour les protégés de Christian Latulippe, de quoi démarrer de manière compliquée le second acte de la rencontre.

Solidaires et aussi aidés par les arrêts de Bouissier, les Griffons réussiront à limiter l’impact de ces sanctions et continuer à ne pas lâcher au tableau d’affichage malgré la courte avance des joueurs de banlieue nantaise (18-20). A partir de ce moment-là, la machine de Poitiers va se mettre en marche derrière un Joli, en feu dans le dernier quart d’heure.

Passés de -2 à +4 en dix minutes, les Griffons vont alors aussi profiter du soutien énorme du public pour garder l’avantage comme nous confirmait le gardien poitevin « On avait vu que c’était possible de faire tomber des équipes de N1 avec l’appui de notre public. On arrivait à faire jeu égal avec Rezé en première mi-temps, mais c’est en deuxième où on a pu créer l’écart, toujours avec un fantastique appui de notre public !« . Lignieries va tout de même leur donner des sueurs froides à ce public en revenant à une unité mais comme, nous le disions, les 4 buts en 5 minutes de Joli vont faire la différence.

Encore une satisfaction pour les coéquipiers de Bouissier, ravi en fin de rencontre « Je suis vraiment content de cette qualif même si on était loin d’imaginer après le premier match contre Rezé qu’on en arriverait là. Comme pour Bruges, on a abordé le match avec pour objectif de prendre du plaisir mais sans pour autant le prendre à la légère.« 

PL Granville 28 – 26 CPB Rennes

A l’instar de Poitiers, Granville peut se féliciter d’avoir un public qui les pousse à chaque rencontre. C’était déjà le cas au tour précédent et contre Saint Cyr et c’est aussi le ressenti qu’avait Somai après le match « Je pense qu’heureusement on a joué chez nous parce que je sais pas si sans l’aide de notre public on aurait gagné donc merci à eux. » Car oui, Granville s’est de nouveau imposé en Coupe faisant de lui et Vesoul les seules équipes à n’avoir connu que le succès toutes compétitions confondues.

Pour revenir au match, comme attendu, on a eu droit à une grosse opposition entre deux équipes en confiance dans leur championnat respectifs. C’était l’occasion de voir Busson, passé la saison dernière sous la houlette de Jean Baptiste Martin. Dans le premier quart d’heure, c’est le CPB Rennes qui menait la barque profitant des arrêts de leur gardien mais aussi de la pression sûrement palpable chez Granville. Une fois le système en place, les manchois ne parviennent pourtant pas à prendre la main, devant à chaque reprise courir derrière le score. La clé des matchs de Granville, c’est la défense et ce que soulignait aussi leur gardien, encore excellent avec plus de 15 arrêts « On a mal commencé au début et surtout défensivement mais après on s’est adapté à leur attaque et on a commencé à récupérer quelques ballons qu’on transforme en but avec des montées de balle. Ça nous a permis de revenir au score à la fin de la première mi-temps 15 – 16 pour le CPB Rennes »

De retour sur les parquets, Granville va réussir à enfin mener au score. Le point fort chez les protégés de Jean Baptiste Martin, ce sont les tauliers répondent présents à chaque match. Les arrêts de Somai avec le scoring pour Mizouni ou Fontaine et voilà Granville qui prend les devants (21-19) et surtout qui ne se fera plus mené malgré quelques égalités. Des bons ballons récupérés et voilà les coéquipiers de Somai en 32ème de Finale « En deuxième mi-temps, on a imposé notre rythme et notre jeu et c’est eux qui couraient derrière le score. Ils ont égalisé deux ou trois fois pendant la deuxième mi-temps jusqu’à ce qu’ils égalisent à 26 partout. Là, on a mieux géré nos ballons et on en a moins perdu, ce qui nous a permis de mettre le 26ème et le 28 ème but« 

Encore une fois, les manchois l’emportent à l’arraché. On commence à s’y habituer à ces vidéos de fin de match avec une défense tout terrain de leurs adversaires et une explosion de joie en apothéose, espérons que il en sera de même au prochain tour.

Saint Cyr Handball 29 – 38 CO Vernouillet

Opposé à Vernouillet, Saint Cyr a fait le choix de faire reposer les troupes pour ce match de Coupe de France ne laissant peu de chance à une qualification comme le confirmait leur gardien Loïc SamCaw « Ce week-end, on a fait tourner l’effectif comme ce qu’a dit le coach, on a montré de belle chose sur le terrain mais l’équipe en face était largement meilleure que nous. »

Dans les premières minutes, les coéquipiers de Laout, l’un des seuls rescapés des cadres du groupe, tenait le rythme. L’ancien gardien de la Vikings Academy, Breton, se chargeait de faire grimper l’écart avec ses multiples arrêts et Saint Cyr commençait à prendre au fil du match ses distances avec le pensionnaire de N1. Quelques arrêts de SamCaw permettait à son équipe de finir la mi-temps à seulement cinq buts.

L’écart restera le même avant de grimper dans les dix dernières buts sous les offensives de l’ancien villeurbannais Ouedraogo. C’en est fini pour Saint Cyr qui pourra se concentrer essentiellement sur le Championnat, que leur gardien continue de découvrir après avoir rejoint la N2 métropolitaine cet été en provenance du CASE Cressionnaire en Réunion « Concernant mon intégration à Saint Cyr, tout se passe bien. J’apprends beaucoup de Lazlop et du reste de l’équipe, de ces joueurs d’expériences. Je suis chez eux pour encore apprendre et progresser.« 

Oissel Rouen 19 – 25 Hazebrouck

Oissel Rouen se farcissait une des plus anciennes équipes de Nationale 1 et n’a pas été déçu. Dans un match très défensif, les coéquipiers de Le Manissier ont essayé de faire bousculer la hiérarchie « C’est un match que l’on a appréhendé avec pas mal de concentration et de sérieux. On sait que face à une équipe de n1 comme celle de Hazebrouck il fallait être prêt au combat, que l’intensité serait supérieure à celle rencontré lors des matchs précédents et que l’on rencontrerait des difficultés. Les mots de notre coach Pascal Décaux étaient de ne pas se mettre de pression et jouer comme on savait le faire !« 

Malgré une élimination compréhensible, les rouennais ont pu confirmé que leur défense était belle et bien en place. En première mi-temps, Oissel Rouen connaissait quelques difficultés à trouver la faille de Gricourt, le gardien nordiste. Vite breaké au score, les coéquipiers de Brahiti, qui a fini aux urgences, essayaient de ne pas lâcher prise mais le feront eu pire moment, avant la mi-temps (8-12). Cet écart, les joueurs de Pascal Décaux ne réussiront pas à le rattraper derrière l’intensité fournie par Hazebrouck, confirmait Le Manissier « On a pu montrer de belles choses surtout en défense qui est un de nos points fort , maintenant il reste beaucoup de choses a travailler . C’est vrai que la différence de niveau c’est fait ressentir dans l’engagement et la vitesse de jeu. »

Avec un score oscillant entre 4 et 6 buts, Oissel Rouen se voit donc stopper dans son parcours en Coupe. Pas question de regretter, il n’y a que du positif à retenir à confirmer dès Samedi chez Bouguenais « Ce sont des matchs comme celui ci qui nous permettront de progresser d’avantage , malgré le jeune âge de notre équipe. Je pense que nous avons réalisé une assez belle performance et que l’on sait bien battu. »

Benjamin Guers visiblement satisfait de voir son capitaine pris en tenaille par Mulhouse/Rixheim
Crédit Photos : Marilyne Varnier

HBC Lure Villers 23 – 30 ASPTT Mulhouse/Rixheim

Voilà d’anciens concurrents de N2 qui se rencontrent avec Lure Villers, auteur d’un meilleur début de saison que l’an dernier et Mulhouse/Rixheim qui nous ont quitté pour la Poule 2 de N1. On s’attendait à voir les coéquipiers de Romain batailler dur et on a pas été déçu. Au coude à coude pendant 50 minutes avec un léger avantage pour les alsaciens tout de même, les deux équipes ont offert un joli spectacle.

Carisey et Daguenet ont essayé de trouver la mire mais derrière ils avaient un client avec notamment Cvetkovic, comme nous le précisait le capitaine de Villersexel « On est plutôt satisfait de la production générale de l’équipe même si des petites erreurs facilement évitables persistent. On aurait probablement pu faire mieux en première sur le plan offensif car en deuxième le gardien Cvetkovic nous a mis en échec. » Comme vous l’aurez compris, c’est dans les dix dernières minutes que Mulhouse/Rixheim a fait parler la poudre avec un 8-1 infligé à Lure-Villers qui lâchera complètement. Voilà un score qui ne reflète pas la rencontre, précise Romain « C’était un vrai bon match, on a été court sur la fin mais je pense honnêtement que le score est sévère. On était à 22-22 à la 50ème et on craque avec un 8-1 en 10min. C’était assez équilibré dans l’ensemble […] En gros on a pris moins cher que l’OM (rires) »

Une élimination sans regret qui laissera désormais Lure Villers se concentrer sur le Championnat « On s’arrête là pour la Coupe sans regrets aux vues de la prestation et on va maintenant s’en servir et se focaliser sur le championnat où il faut que l’on engrange des points maintenant. Et ça commencera des le week-end prochain a domicile. »

CS Vesoul 33 – 32 Folschviller

On les avait annoncé l’an dernier, caracolant en tête et la saison s’était avérée des plus compliquées. Cette saison, Vesoul s’est remis en ordre de marche et ça fait plaisir. Quoi de mieux qu’un 4ème tour de Coupe de France face à une N1 pour le confirmer et rester en forme comme le pivot du CSV nous le disait « La coupe n’était pas notre objectif principal puisque l’on sait que l’on ne la gagnera pas ! Mais c’était l’objectif d’avoir des matchs à jouer pour rester dans l’état d’esprit de matchs officiels! Car depuis le début de l’année on a joué que 4 en championnat et 4 en coupe presque une semaine sur 2! Donc on se devait de gagner les matchs pour rester en activité !« 

C’est ce qu’on fait les coéquipiers de Dessertenne contre Folschviller au terme d’une rencontre tendue comme jamais. D’entrée, les vésuliens ont mis le paquet en menant de 5 buts à un moment donné. Les lorrains reviendront mais les pensionnaires de N2 profiteront très bien de la sanction temporaire de T.Berceville (16-13). La rencontre continuera d’être mené par Vesoul avant que Bonneau nous fasse une « Genty » et ne prenne rouge sur contre attaque. Résultat, Folschviller mènera mais subira le retour de Fix, auteur de 3 buts en 4 minutes.

Un mano à mano s’ensuit et alors que Dessertenne pensait réussir un jet franc décisif au buzzer, l’arbitre décide de refuser le but pour un bordel complet dans les 9m blindés de joueurs. C’est donc aux jets de 7m que Vesoul a du s’en sortir et ils pourront remercier leur minot de 18 ans, Lachat, qui sera le héros de cette rencontre dans une ambiance de folie, que confirmait le demi vésulien Dessertenne « On voulait se faire plaisir, on a pas super bien joué mais on a gagné en plus au péno devant une salle comble avec une grosse ambiance ! Grâce à notre jeu, à notre nouvelle mascotte aidée du speaker on a trouvé un nouveau public venu en masse qui est passé d’un statut de spectateur à supporter ! Et la communion sur le terrain s’est ressentie. On les attends au prochain match pour nous aider et nous soutenir comme ça« 

Crédit Photos : Fabrice Balest

Beaune HB 26 – 27 Villeurbanne HA

Que de regrets pour Beaune ! En difficulté en Championnat, les bourguignons ont démontré ce week-end que c’était bien loin du potentiel que pouvaient afficher les hommes de Xavier Mangematin. Marchant sur l’eau en première période, la bande à François Maï menait jusqu’à 7 buts d’avance (14-7) avec deux Naudin chauds comme la braise. Le gardien du BHB était d’ailleurs redoutable à nouveau dans ses buts avec un gros challenger en face, Thévenot, qui fera picorer en deuxième période les pensionnaires de N2.

Car oui, Villeurbanne, va grappiller le retard derrière Ortega, efficace sur son côté droit. Cet échec au tir pour Beaune, elle est en partie la raison de cette remontée villeurbannaise pour Mai « On a plutôt bien commencé le match, on a été bien en place en attaque et en défense hormis sur Ortega qui a été redoutable d’efficacité. On creuse un écart de +7 en première mi temps, et puis, eux, petit à petit, ils refont leur retard pour nous coiffer sur le poteau à 5 petites minutes de la fin. Je pense qu’on perd un peu le match sur l’efficacité offensive en 2ème mais aussi avec la fatigue car finalement ça n’a pas trop tourné« 

En effet, Villeurbanne va passer pour la première fois du match devant par Bludzien et c’est ce dernier qui fera le break. Naudin ramènera les siens à un but à 1′ du terme mais plus aucun but ne sera marqué et voilà Beaune éliminé avec tout de même du positif à retenir « Si on est capable de rivaliser avec une équipe d’un niveau supérieur c’est qu’on est pas à notre place actuel »

US Crauroise 30 – 41 Bagnols

Ce tour de coupe de France à la Moutonne, au gymnase de l’Estagnol avait tout d’une belle affiche avec d’un côté la Crau qui voulait se rassurer suite à sa défaite amère à domicile contre Guilherand Granges en Championnat et Bagnols qui cherche une victoire pour souder le groupe en recherche de confiance. La Crau devait jouer sans son capitaine et buteur Guilloteau, ainsi que le gaucher Fernandez blessé à une cheville, Allouche C. et Félici mis au repos. Des joueurs de la prénationale complétait du coup le groupe.

Dès l’entame de la partie, la vitesse de Bagnols va surprendre les craurois, et leur permette de mener au score les trente premières minutes. Mais les joueurs de Nicolas Peyrere ne vont pas se laisser faire. Des arrêts d’Astruc et une bonne défense va voir le score se resserrer et Bagnols ne mener plus que d’un but à la mi-temps (17-18).
La pause se voulait faire du bien à la Crau qui a puisé pour revenir au score, peu habitué à jouer à ce rythme mais la deuxième mi-temps va débuter sur les chapeaux de roue. Les pensionnaires de N1 vont accélérer et passer rapidement à plus de 5 buts d’avance, sous l’impulsion de leur ailier droit Uhlik très en vue qui passe en revue toute sa gamme de tir et aidé par leur gardien Vass qui fait de multiples arrêts.

Les craurois sont dépassés par la vitesse des contre attaques, mais ne lâchent pas, les jeunes rentrés en fin de partie montrent de belles choses, comme Hoog ou Pétris. Le score final est logique et Bagnols tient sa victoire, bien méritée devant un public nombreux en ce dimanche. Une analyse confirmée par Wenzel « Même si l’écart final est conséquent, on a réussi à rivaliser sur la première mi temps en mettant de la vitesse dans notre jeu. Bagnols est revenu plus déterminé en seconde et a fait l’écart. Malgré ça, on a continué à jouer et ça nous a permis de travailler mais aussi donner du temps de jeu aux jeunes du club (Pétris, Hoog, Bertrand, Laugier). La logique a été respectée mais nous tirons des enseignements sur ce parcours de coupe, sur ce qu’on a été capable de faire de bon et de moins bon pour faire progresser l’équipe et le club. »

Most Popular

Suivez toute l'actualité de la N2 Masculine de Handball.

Tous les résumés du Lundi au Mercredi.

Les gros matchs du week-end ? C'est le Vendredi que ça se passe !

Pour suivre les nouvelles des clubs de Nationale 2, c'est sur notre Facebook et Twitter que tu les trouveras !

Envie de voir comment ça joue sur les parquets ? Instagram est là pour te faire partager les clichés pris par les photographes !

To Top