Poule 6

Derrière Monaco, Draguignan pointe le bout de son nez

Crédit Photos : Michel Fisquet

Si des parieurs se lançaient dans cette poule, plus d’un serait pauvre. Les semaines passent et le championnat est toujours aussi serré. Monaco a remporté le choc face à Châteauneuf au scénario rocambolesque alors que le promu Guilherand-Granges continue d’engranger de la confiance. Néanmoins toutes les formations se tiennent en 6 points et ce championnat ne sera certainement pas radin en surprises. Retour sur les six rencontres de cette 5ème journée de la poule 6.

AS MONACO HB 30 – 25 CHATEAUNEUF

Ce choc de la journée aura donc accouché d’une « Remontada » monégasque. Et le terme n’est qu’un euphémisme tant l’issue de la rencontre paraissait être, pendant les trois-quarts du match, bénéfique aux châteauneuvais. « Tout le monde nous voit souvent loin de ce qu’on peut faire mais on se bat avec notre âme » exprime Armand Gomis, l’ailier aux 7 réalisations samedi. Dans une rencontre où le rythme haché favorise Châteauneuf, les artilleurs visiteurs dont notamment Illies et Laux perforent la défense adverse… pendant 40 minutes (13-20). Mais un match de handball en dure 60 et ça les Monégasques ne l’ont pas oublié.

Dans leur salle de l’espace Saint-Antoine, la défense des hommes de Maher Daly se remettent à agresser, dans le bon sens du terme, leurs adversaires et des solutions sur attaques placées et en contre viennent alors pour infliger un 11-2 en 13 minutes, signe de la renaissance des coéquipiers de Grégoire Breemeersch. L’ailier droit Sébastien Plaquin termine le travail en fin de match, ce qui permet de garder l’invincibilité des Monégasques à domicile (30-25). « Cela aurait été dommage de laisser filer le match sur le fait qu’on n’était pas dans le rythme au début, juge Gomis. Remettre des bras en défense, de la vitesse en attaque : en gros se battre avec nos qualités, cela nous a permis de revenir. »

Au vu de l’expérience des châteauneuvais, laisser échapper un succès qui leur tendait les bras n’est pas courant pour Nicolas Crépain : « La frustation est au maximum » évoque le demi-centre du CHB, désormais dans le groupe de la seconde place à 11 points.

GUILHERAND GRANGES 32 – 29 HBC TEYRAN

Entre ces deux promus l’apprentissage est hétéroclite. GuilherandGranges commence tout doucement à se créer un nom dans le championnat avec une troisième victoire. A domicile, le HBGG est malmené en première période mais survit grâce aux arrêts de son jeune gardien Alexis Marce, 20 ans, dont trois jets de sept mètres (12-14).

Teyran, dont le rythme convenait à merveille en première période avec un Benjamin Dornois inspiré (9 buts), voit son capital-confiance diminué au bout de 10 minutes après le retour des vestiaires et commence à diminuer l’efficacité de son repli défensif.

GuilherandGranges prend de l’avance (27-22) sous l’impulsion de l’ailier gauche Pierre Lesage intenable pendant 20 minutes de la fin et croit avoir fait le plus dur mais Teyran ne lâche rien et revient à une longueur (29-28, 57) et contraint le coach grangeois à remettre la tête à l’endroit de ses joueurs, ça marche et le HBGG s’impose sur un dernier arrêt de l’inévitable Marce. « Il fallait gagner ce match pour bonifier le succès à La Crau, souligne Lionel Héritier.  Les 500-600 personnes présentes dans le public ont de nouveau jouer leur rôle dans le moment décisif de fin de rencontre. »

Crédit Photos : Serge Maligue

ISTRES² 29 – 21 SAINT RAPHAEL²

Dans cette confrontation entre réserves de clubs professionnels, les Provençaux ont surclassé les Varois. Une première période assez équilibrée qui va se conclure quelque peu difficilement pour Istres, puisqu’ils se retrouvent en double infériorité numériques avec les exclusions successives de Thomas Cometto (27′) et Théo Reuillard (28′), ce qui permet à Anaas Talib de donner l’avantage à St-Raphaël juste avant la pause (12-13).

C’est alors un second acte complètement différent qui se déroule avec une puissance défensive des istréens avec un volume qui leur assure un cavalier seul établit en deux séries de buts, avec comme élément commun une défense 6-0 retrouvée et des bras qui anéantissent les tirs adverses. Les ailiers Lozano (10 buts) et Jund (7 buts), terminent les 30 minutes d’exception istréennes par un kung-fu.

De l’autre côté, la pilule est trop lourde et le coach Nikola Vojinovic est alors exclu pour répétitions de contestations envers le corps arbitral. « Notre jeu sur attaque placée s’est bien amélioré avec un 26/48 tirs par rapport aux deux dernières prestations, précise Benjamin Lozano. On a aussi changé d’état d’esprit défensif et ça s’est ressenti ! » Istres se retrouve dans le groupe de chasse-patate derrière Monaco alors que les temps sont finalement plus compliqués pour les Varois, pourtant un des favoris du championnat en début d’acte.  

PAUC² 28 – 35 US CRAUROISE

C’est par l’expérience que l’US Crauroise est dans le bon wagon du championnat cela s’est encore démontré ce week-end. Rendant visite aux jeunes du centre de formation du PAUC, la donne n’était pas facile et il fallait tenir le rythme physique des Aixois.

Après un 2-0 en faveur des Provençaux, la tendance s’est vite inversée et le pédigrée des Varois, emmené par leur capitaine et meilleur buteur de la poule François Guilloteau (12 buts), qui ont commencé à monter les ballons sur contre-attaque pour s’adjuger un écart satisfaisant à la pause (14-19), plus gros écart de ce premier acte. De coutume avec La Crau le panneau d’affichage monte à vitesse grand V et ce match ne déroge pas à la règle.

Les jeunes joueurs de l’US Crauroise du duo ArocaGuilloteau pour avoir jusqu’à 9 buts d’avance (24-33, 53′). Les Aixois de Porte (6 buts) et du capitaine Quintin (4 buts) n’arriveront jamais à faire douter les Craurois dans cette seconde période (28-35). « Il faut trouver de la régularité dans nos matches et avoir un rythme de croisière suffisant pour ne pas déjouer, affirme le capitaine François Guilloteau. On passe très vite du très haut au très bas, il faut se nourrir des erreurs pour parfaire notre apprentissage ».

CS MARSEILLE PROVENCE 30 – 30 ASBTP NICE

Depuis le début du championnat, bon nombre de rencontres sont passées proches de se finir sur un score de parité mais voilà le premier match nul de cette poule si homogène est arrivé ce samedi à Bois-Luzy. Après des déconvenues en ce début de championnat (et bien que perturbés par des problèmes de vidéo et d’éclairage pendant la semaine), les Marseillais ne se cachent pas et répondent aux Niçois (9-9, 15′). Avec Boubacar Sidibé et Benjamin Ricardo « on fighter », dans cette fin de première période, les Azuréens font le trou pour virer en tête aux vestiaires (14-17).

Les Marseillais courent alors derrière le score face à une équipe niçoise qui se dirige vers un nouveau succès mais la partie bascule à un quart d’heure du terme (21-25, 45). Pour une sortie trop forcée sur le pivot Guillaume Alachian, l’arrière Boubacar Sidibé prend carton rouge et laisse ses coéquipiers affronter des Marseillais, qui eux n’avaient pas su résoudre l’équation défensive sur le meilleur buteur niçois. Sans lui, le jeu des coéquipiers de Fathi Krai se débride et voit le retour du CSMP avec le but de Luca Porte à 9 sur 13 samedi (28-28, 54′), »on attendait une performance de ce type venant de sa part avec les qualités qu’ils disposent » exprime Perrin sur son jeune arrière.

La fin de partie est rocambolesque puisque les Marseillais récupèrent un ballon d’attaque et Moslem Karray, qui hérite du ballon seul à six mètres à 7 secondes de la fin (30-29), bute sur Charlier et le ballon sur Mohamed Hamila qui tire en catastrophe et égalise juste avant le buzzer (30-30). « Ce n’est pas dans ma philosophie de fermer le jeu en fin de match et là c’est un peu rageant au vu du scénario » relate Frédéric Perrin, bien que satisfait par la prestation de ces joueurs. « L’équipe a su prendre le vent en coupe pour revenir sur la rive et sortir du Mistral » conclut le technicien niçois, Jean-Baptiste Gervais, passé par tous les états durant le match. 

VILLENEUVE LOUBET 22 – 28 DRAGUIGNAN VHB

Dans ce derby de l’Est, l’armada offensive de Draguignan a eu raison de l’expérience de Villeneuve-Loubet. Dans ce match où les défenses étaient plutôt à leurs aises, c’est Aurélien Abily, l’ancien de D1 qui s’est distingué (14 buts) en marquant la moitié des buts de son équipes (22-28).

Encore à portée de tir à la pause (11-12), les locaux ont subi la loi et la force de Draguignan en seconde période avec des arrêts de Jordane Degeorges, autre grand artisan de cette victoire qui propulse les Dracénois en seconde place du championnat.

Villeneuve-Loubet est stoppé par leurs voisins dans leur série de deux victoires consécutives.    

Most Popular

Suivez toute l'actualité de la N2 Masculine de Handball.

Tous les résumés du Lundi au Mercredi.

Les gros matchs du week-end ? C'est le Vendredi que ça se passe !

Pour suivre les nouvelles des clubs de Nationale 2, c'est sur notre Facebook et Twitter que tu les trouveras !

Envie de voir comment ça joue sur les parquets ? Instagram est là pour te faire partager les clichés pris par les photographes !

To Top