Poule 4

La tension monte !

Crédit photos : Tophdevillers

Les leaders Metz et Sélestat cartonnent et conservent leur impressionnante invincibilité, mettant toujours plus de pression sur leurs poursuivants. Cernay et St-Brice perdent le contrôle, Molsheim, Lure et Villers en profitent. En bas de tableau, Nancy et Besançon ont urgemment besoin de points.

Cernay Wattwiller – Lure Villers : 22-25

Cernay perd ses moyens dans le « repêchico » ! Le duel des repêchés de la saison dernière a tourné à l’avantage de Lure Villers qui s’impose au mental face à une équipe cernéenne sous haute tension.Le début de la rencontre est très fermé. Les défenses sont bien en place et les attaquants font briller les gardiens Gabor KOLONICS (10 arrêts) et Jonathan GAULARD (14 arrêts). Ce manque d’efficacité commence à agacer les joueurs, à l’image de Salah BELAOUNI (2 buts), auteur d’un geste d’humeur qui échappe à la vigilance des arbitres (2-2, 10e).  

Cernay parvient enfin à accélérer et semble bien parti pour prendre de l’avance mais l’entraîneur luron Frédéric CARISEY remobilise ses hommes au cours d’un premier temps mort. En jouant plus simple, Lure Villers se montre plus efficace et revient dans le match en profitant des exclusions pour 2 minutes écopées par les cernéens (7-7, 18e). Mais ces derniers ont les ressources pour remettre un coup d’accélérateur et infliger un 4-0 avec Anthony PINGINGRE (4 buts) en chef d’orchestre. Lure Villers accuse le coup et manque de réussite à l’image des 4 tirs sur les montants au cours de la première période. Grâce à de beaux mouvements collectifs en attaque, les locaux rentrent aux vestiaires avec un précieux avantage (12-9, mi-temps).

En seconde période, Cernay revient avec les mêmes intentions et démarre fort. A ce moment là, les locaux ont tout pour filer vers une belle victoire à domicile. Surtout que les lurons commencent à s’énerver en voyant le retard se creuser. Mais au lieu de laisser couler et de se concentrer sur le jeu, les cernéens se laissent à leur tour emporter par leurs émotions. La tension monte, que cela soit envers le banc adverse ou même entre coéquipiers. Résultat ? Cernay perd son efficacité en même temps que ses nerfs. Pendant ce temps là, Lure Villers se ressaisit et profite de l’implosion adverse pour refaire son retard et passer en tête (15-16e, 43e). Les temps morts coup sur coup de Milorad DAVIDOVIC n’ont pas les effets escomptés, et Jérôme BLOCH (4 buts), agacé, décide d’abandonner les siens pour rentrer au vestiaire.

Crédit photos : Frédéric Bocquenet

Complètement déstabilisés, les cernéens ratent une balle d’égalisation sur jet de 7m et prennent un 4-0 en 4 minutes. Les supporters lurons, qui se sont déplacés en nombre, donnent de la voix en l’honneur de Jonathan GAULARD (14 arrêts) qui multiplie les parades décisives. Cernay, dos au mur, se remobilise pour tenter de revenir dans le match, avec Simon PASCOLO (5 buts) qui enchaine 3 buts sur son aile. Lure Villers fatigue et fait preuve de maladresse. Christophe GOUDOU (4 buts) en profite pour lancer le money time à 5 minutes de la fin (20-23, 55e). Mais c’est l’infatigable Jonathan GAULARD (14 arrêts), encore lui, qui plie le match et Adrien CHAUMONT (1 but) n’a plus qu’à inscrire le but du K.O.

Le capitaine luron Mickaë ROMAIN est revenu sur cette rencontre riche en turbulences : « On a clairement fait une très mauvaise 1ère mi-temps. Entre les échecs aux tirs et les pertes de balles sur des transmissions simples, on a pris une sacrée soufflante dans les vestiaires… On ne pouvait pas faire pire que notre prestation en attaque. Du coup on s’est remobilisé assez rapidement en deuxième. Ça a été salvateur puisqu’après ça on a grignoté petit à petit l’écart de buts pour finalement passer devant et l’emporter. Le groupe reste soudé même dans les moments difficiles. On ne se tire pas dessus à boulets rouges. On a réussi à bonifier nos phases défensives et ça fait toute la différence. On n’a pas compris non plus pourquoi ils s’énervaient entre eux ».

Le mental a fait défaut aux cernéens qui ne se sont pas montrés sous leur meilleur visage dans ce duel de repêchés, et qui ont affiché un inquiétant manque de solidarité en seconde mi-temps. Ils devront retrouver leur calme et leur cohésion s’ils veulent se rattraper face à Sélestat à l’occasion d’un déplacement délicat. De son côté, LureVillers tentera d’enchainer face la costaude équipe de Rueil.

Crédit photos : Eloïse DECKER

Grand Besançon² – Sélestat² : 21-42

Besançon implose face à Sélestat. Alors que les doubistes avaient montré de belles choses lors des dernières journées sans être récompensés, ils n’ont pas réussi à exister face à des alsaciens qui continuent d’impressionner. Ces deux équipes réserves ne jouent définitivement pas dans la même cour cette saison : alors que les violets restent invaincus, les bisontins sont toujours à la recherche de leur première victoire.

Dans cette rencontre à sens unique, Sélestat démarre fort d’entrée et impose son rythme aux locaux qui peinent à suivre la cadence, et qui butent rapidement sur Kylian FERRIER (10 arrêts). Les alsaciens en profitent pour accélérer et prendre leurs distances grâce à un 7-1 en 8 minutes.  Leur solide défense a raison d’Andy DUMITRACHE qui ne parvient pas à trouver le chemin des filets dans cette rencontre, malgré six tentatives. L‘écart à la pause est déjà conséquent (8-19, mi-temps).

En seconde mi-temps, Clément FRANCK (9 arrêts) prend le relais dans les cages sélestadiennes, et Simon JAEGER (8 buts) continue d’empiler les buts. Si bien qu’au milieu de seconde période, le score est déjà critique pour Besançon (13-32, 45e). Sélestat n’a alors plus qu’à gérer et faire tourner pour que tout le monde participe à la fête. Le suspens étant tué,  les violets relâchent un peu en défense et la fin de match est plus équilibrée.

Besançon, qui a urgemment besoin de points, se déplacera à Nancy le weekend prochain pour un match capital dans la course au maintien entre compagnons de galère. Une victoire dans ce choc du bas de tableau pourrait leur redonner espoir pour la suite de la saison. Pour Sélestat, l’objectif est de continuer son incroyable série lors de la réception de Cernay.

Crédit photos : Coline BILLOT

Metz – Semur en Auxois : 40-28

Metz se montre intraitable face à Semur ! Les messins confirment leur rang avec la manière et enchaînent avec une huitième victoire d’affilée, face à des bourguignons qui n’auront réussi à s’accrocher qu’une seule mi-temps.

Le début de la rencontre est nettement en faveur des messins qui se montrent plus réalistes et infligent un 6-1 qui annonce la couleur. Sonnés mais pas abattus, les visiteurs réagissent et parviennent à recoller à un but. Hélas, la joie est de courte durée. Semur perd Florian FURGAUT (3 buts) sur blessure à la 15e minute (10-9). Les joueurs de Fabien MARION avaient fait le plus dur mais sont à nouveau en difficulté suite à cet événement. Metz accélère par l’intermédiaire de Xavier BLOND (9 buts) et reprend 5 buts d’avance.

Mais une fois encore, Semur s’arrache et parvient à revenir dans le match, redonnant des espoirs à l’entraîneur bourguignon : «  Nous partons à la pause sur le score de 19-17 pour Metz et pouvons donc croire à un résultat chez le leader. » Néanmoins ses espoirs seront de courtes durées, comme Fabien MARION le souligne lui-même : « Notre début de deuxième est catastrophique (8-2 en 10 minutes) ce qui permet à Metz de s’envoler et de ne plus être inquiété de la rencontre. » En effet, Metz redémarre fort la seconde période et continue d’imposer son jeu très offensif, dans lequel Geoffrey et Guillaume BETTENFELD (6 et 7 buts) sont comme des poissons dans l’eau.

Du côté de Semur, Grigory BLAGONADEZHDIN (11 buts) permet de ne pas rendre l’addition plus salée qu’elle ne l’est déjà. Les visiteurs n’auront donc pas su créer la surprise, mais la marche était haute comme l’avait indiqué Fabien MARION : « Nous savions que le déplacement allait être compliqué car Metz est invaincu. Malgré tout nous espérions ramener nos premiers points à l’extérieur cette saison. »

Faisant toujours la course en tête aux côtés de Sélestat, Metz prépare maintenant son déplacement à Plobsheim, qui a tout d’un match piège. Prudence donc, pour les hommes de David MOTYKA. Pour Semur, plus à l’aise à domicile, la réception de Molsheim sera l’occasion de se relancer.

Villers – Grand Nancy² : 26-24

Villers s’adjuge le derby nancéien ! Et pourtant, les joueurs de la réserve du Grand Nancy ne sont pas passés loin d’une deuxième victoire en championnat au terme d’une rencontre serrée du début à la fin.

Le début de la rencontre est à l’avantage des villarois qui se détache rapidement en infligeant un 5-0 à des nancéiens qui pourront regretter leur entame de match. Ces derniers finissent par retrouver leurs esprits, et se remobilisent pour grappiller petit à petit leur retard. La tendance est inversée, et c’est Villers qui se montre muet pendant près de 9 minutes. Les jeunes réservistes en profitent pour prendre l’avantage, portés par Simon VAUCHELET (7 buts) et Léo PLANTIN (5 buts) (9-10, 20e).

Encouragés par leur public, les locaux réagissent et parviennent à rentrer aux vestiaires avec un but d’avance (14-13, mi-temps). A ce moment là, il est difficile de dire qui sortira vainqueur de ce derby très disputé.  Et qui dit derby, dit nervosité. Le début de seconde période est marqué par plusieurs exclusions pour 2 minutes de chaque côté. Les attaques ont alors du mal à s’organiser et Hakim JARRAR (11 arrêts) brille dans les buts du Grand Nancy. Les équipes prennent un court avantage à tour de rôle, mais le manque d’efficacité offensive les empêche l’une et l’autre de se détacher.

C’est finalement Villers qui parvient à prendre trois buts d’avance, et ce pour la première fois de la deuxième mi-temps, grâce à Théophile HADET (10 buts) qui finit fort (24-21, 55e).  Il est trop tard pour réagir pour les jeunes nancéiens, qui voient un précieux succès leur échapper en toute fin de match.

Leur entraîneur, Youcef BELKHAROUBI, s’est montré lucide sur ce qui a manqué à son équipe pour s’imposer : « C’était un vrai derby avec de l’enjeu, de l’engagement physique, et un public fidèle pour pousser son équipe. Il nous a manqué de la lucidité en fin de match. Défensivement on a proposé des choses très cohérentes qui nous permettent de rester dans le match. On perd quelques ballons dans le money time qui nous font mal ».

Son homologue villarois, Olivier GUEUSQUIN, s’est quant à lui montré soulagé à la fin de la rencontre, et peut être satisfait de l’abnégation de ses joueurs : « On a eu plusieurs occasions de tuer le match pendant la rencontre mais le gardien nancéien à permis de maintenir son équipe à flots. En fin de match,  quelques pertes de balles de Nancy ont favorisé l’issue. À nous de faire fructifier cette victoire en allant jouer le coup à fond en Champagne face à la solide formation de St-Brice ».

En effet, grâce à cette victoire, Villers grimpe dans la première moitié de tableau et tentera d’y rester lors du déplacement à St-Brice. Dans le même temps, Nancy accueillera Besançon dans un match de la peur en bas de tableau. Après deux courtes défaites successives, les joueurs de Youcef BELKHAROUBI devront se montrer persévérants pour être récompensés de leurs efforts.

Crédit photos : tophdevillers

Rueil AC – Plobsheim : 32-30

Rueil réagit contre Plobsheim ! Les parisiens renouent avec la victoire et occupent désormais seuls la troisième marche du podium. C’est plus compliqué en revanche pour les joueurs de Jean-Luc KIEFFER, qui retombent dans leurs travers et flirtent toujours avec la zone rouge.

Le début de la rencontre est très serré, les deux équipes jouent des coudes et aucune des deux n’arrive à sortir son épingle du jeu. Les gardiens sont au rendez-vous, le jeune portier de Plobsheim Xavier JARTY (10 arrêts) répondant à l’expérimenté rueillois Christophe JOURDAN (15 arrêts). C’est finalement Plobsheim qui, au quart d’heure de jeu, parvient à prendre 2 buts d’avance pour la première fois de la rencontre grâce à Théophile KEMPF (8 buts).

Mais Rueil s’accroche, et toujours bien aidé par son gardien et un Mehdi LACRITICK (14 buts) des grands soirs, ne laisse pas s’échapper les alsaciens, qui ne mènent plus que d’un but à la pause (15-16, mi-temps).

Gonflés à bloc, les parisiens reviennent sur le terrain avec l’intention de ne pas se laisser piéger comme la semaine dernière à Metz. Ils repassent rapidement en tête, mais comme en première période, l’écart a du mal à se creuser entre deux équipes qui se rendent coup pour coup. Un peu trop d’ailleurs, à l’image du rueillois Cédric LEWIS, qui voit rouge pour la deuxième journée consécutive, cette fois de façon immédiate.

Malgré cela, ses coéquipiers ne flanchent pas et résistent aux offensives des oranges, qui reviennent au score à plusieurs reprises avant de reprendre l’avantage grâce à un triplé de Lenny BOUHZAM (3 buts) à un moment décisif de la rencontre (28-29, 57e).

Rueil est alors en difficulté devant son public, et le money time est très tendu. L’homme fort des oranges, Theophile KEMPF (8 buts), se voit exclu pour 2 minutes et Plobsheim se retrouve en infériorité au pire moment. Les joueurs de Christophe GUISELIN en profitent et infligent un 3-0 à leur tour pour repasser devant et s’assurer un succès sur le fil mais ô combien précieux.

En effet, grâce à cette victoire Rueil permet de maintenir un écart encore raisonnable avec le duo de tête. En attendant que l’un ou l’autre ne flanche, il faudra continuer à gagner et cela dès le prochain match contre Lure Villers. Quant à Plobsheim, il faudra bien préparer la réception de Metz. Un exploit contre le leader relancerait à coup sûr la saison des bas-rhinois.

Crédit photos : Baller’s by Rueil

Molsheim – Saint Brice : 36-28

Molsheim vient à bout de St-Brice ! Les alsaciens confirment leur bon état de forme en l’emportant avec la manière et dépassent leur adversaire du jour au classement. Les bricos quant à eux enchaînent une deuxième défaite consécutive. Cela commence à faire beaucoup de points perdus pour une équipe qui souhaite jouer la montée, surtout quand on voit le rythme imposé en tête du championnat.

Les deux équipes débutent bien la rencontre et Hamdi HABACHA (8 arrêts), le dernier rempart des bricos, est déjà mis à rude épreuve. Décisif sur sa ligne, il permet aux siens de suivre le rythme imposé par les locaux….jusqu’à la 12e minute. Moment où la machine bricocorcélienne commence à ralentir, encaissant un 4-0 en moins de 4 minutes (10-7, 16e).

Depuis le début de la saison St-Brice a fait preuve de largesses défensives, ce qui lui a déjà coûté pas mal de points. Cette fois encore, les joueurs de Stéphane GARCIA ne trouvent pas les solutions pour arrêter des alsaciens tournés vers l’attaque. Molsheim déroule et compte déjà une belle avance à la pause (19-13, mi-temps).

En seconde période, la réaction des bricos se fait attendre, mais c’est bien les molsheimois qui continuent à imposer leur jeu. Surfant sur leur bonne dynamique actuelle, ils creusent l’écart sur leurs adversaires et ne leur laissent pas entrevoir l’ombre d’un espoir  (26-18, 42e). Profitant de plusieurs séquences en supériorité numérique, les locaux soignent le spectacle, notamment avec Sébastien LE GOFF (7 arrêts) dans les cages, et Enzo FISCHER (9 buts) sur son aile. L’exclusion directe du capitaine de St-Brice, Morgan STAIGRE (1 but), à peine revenu sur le terrain suite à une expulsion temporaire, sonne comme le coup de grâce pour les visiteurs. Molsheim n’a plus qu’à gérer le dernier quart d’heure pour décrocher une belle victoire devant son public.

L’entraîneur des bricos Stéphane GARCIA a exprimé sa déception à la suite de la rencontre, et est déjà tourné vers le prochain match de son équipe : « C’est dur ce soir car on avait retrouvé de l’intensité aux entraînements suite à l’intégration de jeunes joueurs pour étoffer notre groupe. Résultat, nous rentrons bien dans le match mais nous nous faisons rapidement sanctionnés. Nos adversaires du soir vont profiter de ces nombreuses supériorités numériques pour creuser un écart. Au retour des vestiaires, notre capitaine prend rapidement un rouge et nous avons encore des problèmes d’efficacité au tir. Je suis déçu par ce résultat, certaines décisions du binôme d’arbitres nous ont sans doute perturbé ce soir mais nous allons faire le maximum pour gagner le prochain à la maison ».

Molsheim grappille encore des places et pointe désormais au 4e rang. Les alsaciens ont l’occasion de viser le podium lors de leur déplacement à Semur le weekend prochain. En revanche, c’est la dégringolade pour St-Brice, qui chute à la 8e place. S’ils veulent jouer la montée, les bricos devront réagir rapidement, et ce dès la semaine prochaine face à Villers.

Most Popular

Suivez toute l'actualité de la N2 Masculine de Handball.

Tous les résumés du Lundi au Mercredi.

Les gros matchs du week-end ? C'est le Vendredi que ça se passe !

Pour suivre les nouvelles des clubs de Nationale 2, c'est sur notre Facebook et Twitter que tu les trouveras !

Envie de voir comment ça joue sur les parquets ? Instagram est là pour te faire partager les clichés pris par les photographes !

To Top