Oissel Rouen reste parmi nous !

Credit Photos : Philippe Padioleau

C’est donc la fin pour Caen qui s’est incliné chez Oissel Rouen. Les rouennais peuvent remercier leur gardien Abadzic, revenu pile au bon moment. Nantes valide son Grand Chelem tandis que Saint Nazaire et Chartres finissent sur une bonne note.

HBC Nantes² – Cesson Rennes² 33 – 31

Exceptionnellement en milieu de semaine, la rencontre entre Nantes et Cesson Rennes a tenu ses promesses à Beaulieu. Qui dit lever de rideau pour Nantes, dit absents de marque comme Damatrin et Imaré, réquisitionnés en Lidl StarLigue. Malgré cela, les nantais ont une nouvelle fois démontré qu’ils étaient bien inarrêtables cette saison. Gaillard en profitait pour trouver la mire à multiples reprises. Pourtant, dans les buts cessonnais, le duo EweTaupin envoyait du bois avec 25 arrêts à eux deux. C’est d’ailleurs les portiers de Mathieu Lanfranchi qui permettaient aux siens de réaliser un joli come-back dans les 15 dernières minutes. Relativement serein les trois quarts du match (25-18 puis 27-22), Nantes va déjouer au point de voir Cesson-Rennes revenir (32-31) sur un but d’Ewe. Gaillard, encore lui, offrira finalement le Grand Chelem dans la dernière minute aux nantais.

Dreux AC – CJ Bouguenais 31 – 26

Il est temps que la saison se termine pour Bouguenais qui n’aura pas réussi à relancer la machine pourtant très bien huilée de l’année 2018. Ce week-end, les Tigres se frottaient à Dreux, plein de contrôle ce Samedi. En effet, les joueurs de Francis Tuzolana ont pu compter sur Rouyer pour assurer leurs arrières et sur ses tauliers Tuzolana et Belotti. Lhommedé avait pourtant le bras chaud et offrait en première période l’espoir de repartir sur une note positive. Le milieu de seconde période va être le moment choisi par Dreux pour prendre un écart des plus conséquents empêchant Bouguenais de marquer pendant 9 min (22-19 puis 27-19). Queinnec fera en sorte de limiter la casse mais c’est bien Dreux qui chope les trois points.

Crédit Photos : Philippe Padioleau

JS Cherbourg² – PL Granville 33 – 36

On le répète depuis plusieurs semaines mais Granville finit tambour battant sa saison. Dans ce derby manchois, Cherbourg était bien celui qui démarrait le mieux derrière Fouga et Dalmont, encore en verve sur ce match-là. Derrière, la confiance engrangée par les hommes de Jean Baptiste Martin aidait les granvillois à reprendre le dessus et sans surprise, ce sera Roulland et Mizouni qui seront les détonateurs. La paire complémentaire de gardien chez Granville permettra de couper court à tout espoir pour Cherbourg de l’emporter. Voilà deux équipes satisfaites de leurs saisons respectives et qui auront à cœur de confirmer l’année prochaine.

Chartres² – Saint Malo 33 – 16

Chartres a parfaitement fêté son podium en l’emportant largement contre Saint Malo, relégué en Nationale 3. Yann Lemaire a pu faire tourner son effectif et confirmé tout le boulot fourni par la réserve du champion de Proligue. Le Gall aura été le seul à surnager tandis que Malfondet continuait son chantier à l’aile. On notera les 17 arrêts de la paire Van Vooren Renaud qui aura eu le luxe de mettre à mal Vattier, en difficulté au shoot. Chartres complète ainsi le podium dominé par les centres de formation de la Poule 2.

Hennebont Lochrist – Saint Nazaire 27 – 30

Il y avait de l’émotion du côté de Kerlano et ça s’est finalement fait sentir sur ce match face à Saint Nazaire. Pour le dernier match d’Amélie Sigwart, les joueurs d’Hennebont Lochrist avaient à cœur de bien faire et pouvaient compter sur Cutte et Bouvard pour ça. Les nazariens passaient la deuxième en fin de première période par l’intermédiaire des frères De la Brétèche. Ce 5-0 infligé coutera cher aux Bleus et Blanc du HLHB. C’est finalement dans la dernière minute que Hennebont Lochrist réussira à se rapprocher le plus de Saint Nazaire en échouant à trois unités. Une victoire en toute logique pour les protégés d’Olivier De la Brétèche qui pourra dresser un bilan très positif de cette saison.

Oissel Rouen – Caen² 24 – 22

On termine avec le gros match du week-end pour le maintien. Caen envoyait l’artillerie lourde avec un effectif au complet tandis qu’en face, Oissel Rouen sortait de son chapeau une sacrée surprise. En effet, Abadzic faisait son retour dans les buts pour ce match-clé et on peut l’affirmer, cela aura changé la physionomie du match. A l’inverse de certains matchs durant la saison, la Kinder Arena était particulièrement bien garnie et les hommes de Stéphane Moualek ont pu trouver les ressources pour obtenir ce qu’ils cherchaient depuis des mois, le maintien. Derrière pendant 45 minutes, les caennais prenaient finalement pris les devants grâce aux multiples arrêts de Breton, chaud aussi dans ses cages. Les anciens de Rouen vont prendre les choses en main comme un symbole et l’emporter de deux petites unités. C’est donc fini pour Caen qui aura donc connu deux descentes pour leurs deux équipes premières. Le soulagement est totale pour Oissel Rouen qui devra bosser cet été pour vivre une saison plus sereine.

François Eberlin
Fondateur de Nationale 2 Hand FR et ancien joueur du Vénissieux HB et du Villeurbanne HA
http://www.n2-handball.fr
Top