Olivier Inghilleri nouvel entraîneur d’Antibes pour la saison 2018-2019 !

Sourcehttp://www.antibeshandball.fr – Martial Hespel

A bientôt 43 ans, celui qui évoluait durant sa carrière de joueur au poste de pivot ou de demi-centre a connu comme clubs Hyères, Fréjus, Saint-Raphaël et a aussi entraîné en Nationale 2 ici, dans les Alpes-Maritimes, à Mougins.

Son arrivée n’est pas le fruit du hasard. Suite au départ soudain de Laurent Baudet après seulement quatre journées de championnat en octobre dernier, Olivier aurait pu prendre le banc, mais trop tard, légitimement, il avait déjà pris d’autres engagements que ce soit au niveau du travail mais aussi de sa vie de famille.

Le voici donc maintenant, au bon moment, pour relever un nouveau défi pour lui, dans une division très intéressante, une poule difficile avec la complexité des centres de formation que l’on connaît. Olivier est bien placé sur ce sujet pour avoir officié plusieurs saison à ce poste d’entraîneur au SRVHB. « Le groupe, je le connais bien, j’en ai déjà entraîné plusieurs à Saint-Raphaël. Alors, le handball, je sais que cette équipe en a, maintenant c’est à moi de leur offrir les bons outils pour que ça fonctionne. Il va falloir travailler et j’ai senti dans leur discours l’envie d’avoir un cadre, quelque chose de structuré, notamment au niveau de la préparation physique et de son évolution tout au long de la saison. C’est une équipe de caractère et comme chacun de ces groupes caractéristiques, ce n’est pas facile à gérer. C’est typiquement le genre de collectif qui use un entraîneur. »

L’objectif prioritaire d’Olivier sera de trouver une régularité dans les performances, ce dont nous avons cruellement manqué cette année avant le dernier tiers de la saison. « Il faut dire que les conditions n’étaient pas idéales. Au soir de la quatrième journée, Jean-Michel s’est retrouvé là, avec Vess, du jour au lendemain, alors que rien n’était prévu. Malgré tout, ils ont fait du bon travail. Mais cette saison, je vais mettre en place ce qu’il faut durant l’été pour que les garçons soient capables de tenir toute une saison. Physiquement. Ce championnat est composé de beaucoup de jeunes équipes, ça court partout, tout le temps. Pour des groupes avec plus d’expérience comme le notre, il faudra être capable de répondre. Il y aura de la piste, certes ce n’est pas très ludique, mais cela paye un jour ou l’autre. On y voit le caractère des garçons. On ne peut pas tricher. On voit très vite les écarts de mental. »

Le groupe, vous le savez, va très peu évoluer. Ovi Pavel ne sera plus là, mais Antibes le savait déjà, merci pour son aide durant six mois. Thomas Gaudin, lui, quitte le club azuréen, presque à regret, pour suivre des études de kinésithérapeute. Hormis cela, Antibes devrait conserver tout le monde. Ils sont donc à la recherche d’un ou deux éléments pour combler les départs même si, encore une fois, celui de Pavel n’est pas une surprise. « J’arrive mais je ne voulais rien révolutionner. Je n’avais aucun intérêt à faire le ménage. J’ai simplement expliqué mon projet aux garçons, libres à eux de le suivre ou non durant l’été, mais tous vont repartir. »

Et pour imposer sa patte, Olivier sera seul et c’est un choix. « Mine de rien, pour diverses raisons, en quelques mois, le banc de cette équipe a beaucoup bougé. Alors je ne veux pas multiplier les discours. On aura un fonctionnement précis sans risque d’avoir un discours avec des nuances à côté. Il n’y aura pas de désaccord. »

Et quand on voit les résultats avec lesquels les garçons sont en train de terminer la saison, Antibes peut être ambitieux pour la suite. « Forcément, il est aujourd’hui impossible d’évoquer un quelconque objectif. Pour autant, je le redis, la clé sera la régularité. On devra vite trouver notre place. On aura une carte à jouer : nous sommes des compétiteurs. Mais bon, avec les centres de formation tout peut être tellement aléatoire, en trois jours de temps, un groupe de Nationale 2 peut complètement être chamboulé. »

Olivier arrive aussi au sein d’un club – et ça c’est nouveau pour lui – mixte au haut niveau avec une N2F et une N2M. Ce qu’il en pense ? « C’est très rare : Une bonne promotion pour la ville et le handball. Allier les deux n’est pas simple. Du peu de ce que j’ai vu, aucun des deux groupes ne prend le pas sur l’autre, tout le monde est traité de la même façon. Les efforts sont mutuels. Nous sommes quand même à un certain niveau et l’arrivée de Davor Brkljacic donne encore plus de cohérence à tout cela. »

Reprise de l’entraînement pour les joueurs d’Antibes le 2 août prochain au Fort Carré si possible.

François Eberlin
Fondateur de Nationale 2 Hand FR et ancien joueur du Vénissieux HB et du Villeurbanne HA
http://www.n2-handball.fr

Laisser un commentaire

Top