Poule 1

Poule 1 – Preview 2020/2021

Crédit Photos : HandPhotopartage 64

A l’orée de la reprise 2020/2021, nous allons démarrer la preview avec la Poule 1, qui a connu une grande mutation et qui comprend les équipes du grands Sud-Ouest. Au vu de la crise sanitaire traversée pendant cette période, le championnat risque d’être très passionnant, très surprenant. Nous allons donc faire une revue d’effectif de toutes les équipes qui composent cette poule.

AS L’Union

Après une saison extrêmement difficile, qui aurait pu coûter leur place en N2 au club de la banlieue toulousaine, l’équipe de Julien FitteDuval vise plus haut cette année, en renforçant la défense des haut-garonnais.

L’effectif s’appuie sur de nombreux jeunes joueurs, et a axé son recrutement en conséquent. L’Union pourra encore compter sur l’arrière Xavier Lorgeré, meilleur buteur de l’équipe l’an dernier. La perte de deux gauchers lors du mercato laisse planer une incertitude sur le poste d’ailier droit. Mais le gros coup se fait sur le poste de gardien de but, où, en plus de l’habituel titulaire Jean Innocent, le club Haut-Garonnais a rapatrié 2 jeunes gardiens issus du pôle espoir de Toulouse, Alexandre Ortet et Simon Cantournet.

Le groupe s’est d’ailleurs bien rajeunie lors de ce mercato, et l’on surveillera avec attention le recrutement de Lilian Martinez, en provenance du Thau Frontignan. Les Unionnais auront à cœur de se rattraper de l’an dernier, et viser plus haut cette année.

ASPOM Bègles

Une équipe habituée à la bataille pour le maintien, et qui devrait bataille pour y rester encore cette année. Le club béglais a connu peu de changement en cette intersaison, avec la venue de Lilian Podevins, qui sort d’une saison à 7.8 buts en N3. Les girondins devront se rassurer en début de saison, ce qui n’est pas le cas depuis quelques années.

En effet, le club a du mal à démarrer ses saisons, un seul des cinq premiers matchs ayant été gagné lors des deux éditions précédentes. Cependant, le club a réussi à obtenir des résultats probants comme sa victoire face à l’ETEC juste avant la coupure du championnat, et est capable du meilleur comme du pire. Dans cette équipe remplie de valeurs, les joueurs seront prêts au combat à la reprise.

Asson Sports

Après 2 saisons terminées juste devant la relégation, Asson s’est hissé en milieu de tableau lors de la dernière saison. Un bond en avant pour le club béarnais, qui se devra de confirmer cette saison. Les Assonais se montrent souvent extrêmement solides chez eux, et savent très bien défendre avec une moyenne de 25,4 buts encaissés.

Le problème, c’est que cette défense est beaucoup moins solide à l’extérieur, le club du Béarn encaissant 31 buts de moyenne loin de leurs bases. Un différentiel de 5,6 buts, le plus élevé l’an dernier de la poule, qui sera assurément un axe à améliorer cette année.

Avec seulement une défaite l’an dernier à domicile, l’équipe béarnaise restera très dure à battre chez elle. Asson pourra encore compte sur Paul Falguière, meilleur contributeur de l’équipe l’an dernier avec 6.8 buts. Les amicaux ont donné satisfaction cette année, l’équipe semble en progression ces dernières années, pourquoi pas viser encore plus haut cette année ?

Bruges/Lormont

L’Entente entre les deux clubs Girondins n’a qu’une seule année d’existence, mais possède un effectif très large. Avec 28 joueurs utilisés lors de la dernière saison, l’équipe de Bruges/Lormont est celle qui a utilisé le plus d’éléments lors la saison dernière dans la Poule 1. Le grand nombre de ses membres peut être un atout mais empêche d’avoir plus d’automatismes.

L’effectif risque cependant cette année de se stabiliser, ce qui risque de bonifier les résultats. Avec une jeunesse talentueuse, il va falloir s’appuyer sur la bonne fin de saison avant l’arrêt du championnat. En effet, la réserve de l’entente Bruges Lormont possède un vivier de jeunes très intéressant.

Le changement d’entraineur pour l’équipe, et la nomination de Laurent Duarte, ancien Entraineur des U18, montre que l’ambition de l’effectif N2 est de s’appuyer sur les catégories de formations. Nous serons très attentifs aux jeunes joueurs intégrés dans la rotation, notamment Benjamin Roux, U18 issu de l’équipe de Bruges, ayant fait bonne impression l’an dernier. Pour sa seconde année d’existence, l’entente Bruges/Lormont sera attendu au tournant

Crédit Photos : Emmanuel Jarniou

CJ Bouguenais

Nouveau venu dans la poule, la CJ Bouguenais commence pourtant à être un endurci de la Nationale 2. L’équipe de Loire Atlantique a pour habitude de se battre dans le milieu de tableau de la poule 2, mais devra s’adapter à de nouveaux contextes cette année. L’effectif a connu pas mal de changements, notamment son coach Julien Derre qui est le nouveau venu à la tête des joueurs. Le club a aussi perdu le capitaine Evan Le Boulaire, membre depuis 20 ans dans le club Bouguenais. Les tigres se sont cependant activés dans le sens des arrivées avec un bon nombre de nouveaux individus. Deux recrues ayant goutés au niveau supérieur l’an dernier, Alexis Landais et Ahmed Saidi, viendront amener leurs expériences.

Une recrue que l’on suivra avec attention, c’est le pivot Andy Pijulet, effectuant son retour sur les parquets après une pause de quelques mois. Un pari qui pourrait s’avérer payant. Cette équipe comptera sur Pierre Lhommedé pour contribuer à l’attaque des tigres, lui qui a scoré 6.1 buts en moyenne l’an dernier. Bouguenais devra s’appuyer sur leur défense aussi cette année, car l’an dernier, aucun match n’a été gagné quand l’équipe adverse a scoré plus de 30 buts.

ETEC

Avec la montée acquise de plusieurs concurrents et les descentes de N1 gelées cette année, L’ETEC pourrait faire office de favori. 4ème du dernier exercice, les charentais ont vu le podium, s’envoler pour la N1. Le club va cependant devoir faire face à un changement d’entraineur, après le départ de Baptiste Faucher, mouvement demandant sûrement un temps d’adaptation à l’équipe. Cependant, le nouveau coach Rémi Faugères pourra compter sur un effectif garni. L’équipe dispose de plusieurs cordes à son arc, et le danger peut venir de plusieurs joueurs.

Emmené par leur capitaine Guillermo Ros Arribas, le secteur offensif risque d’être spectaculaire à suivre, car l’ETEC a terminé 2ème meilleure attaque de la Poule l’an dernier. Et l’arrivée de Lansana Sako rajoute une nouvelle carte dans l’effectif.

L’ETEC a effectué une solide préparation, avec des résultats probants comme la victoire contre la N1 de Floirac. Les charentais risquent donc fort d’être l’un des premiers rôles de la Poule 1.

HBC Libourne

Malgré un départ canon, les dernières semaines de la saison 2019/2020 ne laisseront pas un souvenir impérissable pour le club de Libourne. L’équipe girondine n’a gagné aucun de ses cinq derniers alors qu’elle était bien placée dans le haut du classement. Les libournais arrachent quand même une belle 5eme place, sacrée performance de la part d’un promu.

L’effectif s’est cependant renouvelé avec des joueurs du cru, on retiendra notamment l’arrivée de Vincent Raynaud, qui viendra palier le départ de Matthéo Castaing. Les options offensives seront nombreuses cette année dans une équipe extrêmement prolifique en but, et Julien Cadel et Flavien Long devra emmener ses partenaires dans son sillage.

Néanmoins, le secteur défensif devra être plus solide cette année, la défense girondine est celle ayant encaissé le plus de buts dans la poule l’an dernier. Dans ce sens-là, l’arrivée de Merceron va changer la donne.

HBC Volcans

Malgré une montée en N2 acquise de justesse à cause de l’arrêt du championnat, les aurillacois ont néanmoins réalisé une super saison. Les promus veulent prouver qu’elle est au niveau de cette Poule, une poule composée d’équipes que le HBC Volcans n’a pas eu l’habitude d’affronter par le passé.

Une donnée inconnue qui va permettre aux joueurs de se focaliser sur eux. Le coach Matthieu Bonal va s’appuyer sur un groupe n’ayant très peu bougé, et pouvoir surfer sur la série de victoire de 6 matchs consécutives seulement interrompues par l’arrêt du championnat. L’effectif veut vite prendre la mesure de ses rivaux afin de préparer leurs luttes pour le maintien.

Irisartarrak

Un retour important dans la Poule cette année, c’est celui de l’équipe d’Irissarry. 3 ans après avoir quitté la Nationale 2, elle a réussi a accroché une promotion, avec en prime la première place de la poule. Un grand moment pour les gens investis dans le club, qui attendaient ce retour avec impatiente.

Les basques comptent bien s’appuyer sur l’effectif de l’an dernier. Le grand changement se fait au niveau du coaching. Exit Vincent Tellechea, entraineur ayant obtenu la montée, et bienvenue à Tamas Marchis, qui aura la lourde tâche d’obtenir le maintien du club basque avec un groupe possédant une certitude pour démarrer la saison : sa défense.

L’effectif a essentiellement basé sa montée sur une excellente défense, la seconde meilleure de N3 sur son nombre de but encaissé, et 1ère de sa poule. Le capitaine Matthieu Oxarango et ses troupes devront montrer que ce groupe uni pourra obtenir le maintien cette saison.

Saint Nazaire

Un autre nouveau venu dans cette Poule 1, Saint Nazaire ne vient pas pour y faire de la figuration. Après une dernière saison de transition, stoppant une série de 3 saisons consécutives terminée sur le podium de leurs poules. Les nazariens auront à cœur de se racheter d’une année ayant permis de rajeunir l’effectif. Cela explique la chute au classement.

Cette intégration efficace des jeunes dans l’effectif, encadré par des cadres des saisons précédentes, pouvait porter ses fruits mais la plupart a décidé de stopper l’aventure comme Antoine Girard ou Félix Adde. Saint Nazaire a perdu cet été sa paire de gardien ReuilleLecomte qui était une grande satisfaction de la saison dernière. En effet, les derniers remparts de la Loire-Atlantique avaient la meilleure moyenne d’arrêts par match de la poule.

La nouvelle paire de gardien risque donc d’avoir son importance, et sera composé de Kevin Hilaire et de Julien Gardenat, ce dernier ayant gouté à des matchs avec Dunkerque. Les hommes d’Olivier De La Brétèche devront se montrer plus efficaces face à ses concurrents directs. Exceptée la victoire contre Pouzauges, les nazariens n’ont pas réussi à gagner face à un adversaire issu de la première partie de tableau.

Pour prétendre à ses ambitions, les joueurs ne pourront plus compter sur les cadres Quentin Leleu et Mathieu De La Breteche pour encadrer le tout mais place aux jeunes pour prendre leurs responsabilités.

Crédit Photos : Corantin Reverbel Photographie

ROC Aveyron

Le ROC est depuis quelques années en pleine mutation. Après quelques années difficiles pour le club, celui-ci entrevoit le bout du tunnel. Avec une nouvelle identité et des bases saines et solides, les ruthénois se sont gagnés le droit de viser plus haut que ces dernières saisons.

Le ROC s’appuie sur une jeunesse talentueuse accompagnée de cadres comme capitaine Aurélien Simon ou le gardien Marc Becdro. L’équipe aveyronnaise marque beaucoup, mais encaisse beaucoup aussi. Avec plus de 30 buts de moyenne par match dans les deux catégories, les ruthénois ont l’habitude de jouer des matchs prolifiques, et chercheront à apporter de la solidité dans cette défense.

La faiblesse du ROC réside aussi dans ces déplacements, seulement 2 matchs ont été gagné au cours des deux dernières saisons à l’extérieur. L’effectif a enregistré l’arrivée de quelques nouvelles têtes, Pierre Palmier et Yssane Biai. Malgré leurs jeunes âges, les deux ont pu expérimenter un plus haut niveau et pourront s’intégrer facilement au sein du groupe.

Ils rentrent parfaitement dans le renouveau du club semblant s’appuyer sur la jeunesse. Après 1 année de transition permettant de donner la chance a plusieurs jeunes, l’avenir pourrait bien être radieux au sein du Roc.

Zibero Tardets

Après deux belles saisons en N2, l’équipe de Tardets a déçu l’an dernier, alors que l’expérience acquise au cours des exercices précédentes plus sa salle qui fait froid dans le dos semblaient être des arguments de points pour la bataille pour la montée.

Le groupe n’a pas perdu d’éléments pour la saison prochaine, et va même compter sur le retour de Bastien Costes qui a fait partie de l’aventure des deux 3èmes places consécutives. Encore emmené par son gardien François Plagnard, l’équipe va devoir se montrer une nouvelle fois solide en défense, marque de fabrique du club du pays basque.

Tardets ne pourra plus compter sur son meilleur contributeur offensif de l’an passé, Julian Khayar, pour animer une attaque ayant déjà eu le deuxième plus faible ratio offensif (derrière Objat) de la poule l’an dernier avec 25,4 buts de moyenne. Si les basques montrent moins d’irrégularités que l’année écoulée, ils pourraient bien jouer les troubles fêtes dans le championnat.

Most Popular

Suivez toute l'actualité de la N2 Masculine de Handball.

Tous les résumés du Lundi au Mercredi.

Les gros matchs du week-end ? C'est le Vendredi que ça se passe !

Pour suivre les nouvelles des clubs de Nationale 2, c'est sur notre Facebook et Twitter que tu les trouveras !

Envie de voir comment ça joue sur les parquets ? Instagram est là pour te faire partager les clichés pris par les photographes !

Les meilleures actions ? C'est tous les Mardis avec le Top 10 N2 Handball FR x Rematch

To Top