Gros plan sur la Croix Jeannette Bouguenais !

Credit Photos : Thomas Bacheley

A la rédac’, on découvre encore au fil des semaines les nombreux clubs qui font vibrer les gymnases en Nationale 2 Masculine. S’il y en a bien un qui a attiré notre regard, c’est la CJB.

Le club de la Croix Jeannette Bouguenais, situé à une vingtaine de minutes de Nantes, existe depuis plus de 40 ans dans le handball français. Capable de mettre 370 tonnes de sable sur le parking de leur gymnase pour faire du Sandball et de faire des vidéos hilarantes sur leur réseau social, Bouguenais se veut être un club pas comme les autres.

Longtemps en Nationale 3, le club breton aura obtenu le graal en 2002 en grimpant à l’échelon supérieur. Après quelques difficultés à y rester, les voilà maintenant bien installés depuis 2013. La CJB se définit clairement comme un club familial avec ce même ressenti sur le terrain où les joueurs sont une bande de « potes », comme nous l’explique le pivot Evan Le Boulaire : « C’est une de nos marques de fabrique. Mais l’esprit familial qu’on connaît ici est assumé et, de mon point de vue, ça doit être une fierté. Encore une fois, c’est sûrement en partie grâce à ça que beaucoup de monde seront marqués par leur passage à la CJB. Après ça n’enlève effectivement rien à l’esprit de compétition qui règne ici […] La 4ème place en N2 de l’année passée (historique pour nous) en est témoin. »

Chez les Tigres, il y a toujours cette volonté de perpétuer la culture du club à travers bien sûr les anciens du cru. C’était le cas lorsqu’Alan Albert, ancien joueur de la CJB et actuellement préparateur physique de Montpellier,était arrivé sur le banc en 2012 mais aussi lorsque Guillaume Bex, ancien capitaine, vient aider sur le banc Yann Lefeuvre après sa retraite sportive.Toute cette culture se traduit parfaitement sur le parquet avec une équipe quine lâche rien et surtout n’hésite pas à se dire les choses.

C’est la fête à Bouguenais après avoir battu Saint-Nazaire

S’il y a bien quelqu’un pour transmettre tout cela, c’est, en effet, Evan Le Boulaire, enfant du club. Après avoir connu toutes les classes jeunes à partir des moins de 11, le voilà depuis 10 ans dans l’effectif premier dont il est devenu le capitaine depuis deux saisons « J’ai un sentiment d’attache fort pour ce club étant donné que j’y passe beaucoup de temps depuis 19 ans. Il y a des têtes que je croise toutes les semaines depuis un paquet d’années. Ça crée forcément des liens. C’est un club où j’ai fait de très belles rencontres Et je pense que les gens qui passent ou qui sont passées par la CJB ont le même ressenti. »

Même son de cloche pour le meilleur buteur de la Poule 2, Pierre Lhommedé, qui ne s’imaginait pas forcément à Bouguenais après avoir fait ses classes à la Roche sur Yon découvrant par la même occasion la Nationale 1 :« Effectivement, mon premier but marqué au handball était sous les couleurs de La Roche sur Yon Vendée Handball où j’ai connu -18 national, N1,N2, N3 à l’époque où le club avait une équipe senior masculine en National. Il ne faut jamais oublier d’où l’on vient ! A l’époque j’étais loin d’imaginer jouer en National 2 et encore moins à Bouguenais « en orange ». Aujourd’hui je me sens bien à Bouguenais, je m’y retrouve bien entre le niveau de jeu, l’ambiance et le club. Je n’ai clairement pas le niveau pour vivre du handball, donc pour allier projet professionnel et handball il faut trouver un équilibre pour pouvoir s’investir sur les deux. La Nationale 1 demande un niveau d’investissement supérieur ce qui m’obligerait à ralentir mon projet pro. »

Pierre Lhommedé et Evan Le Baulaire en action contre Hennebont-Lochrist

Lorsqu’on se situe à côté du HBC Nantes et de l’ASB Rezé,comment réussir à conserver ses meilleurs éléments ? Est-ce un avantage ou un inconvénient et Le Baulaire a bien son idée sur la question : « Etre à côté du HBC Nantes est plus un atout pour nous. Dans leur objectif de formation de joueurs professionnels, ils ratissent large et mis à part 1 joueur de temps à autre c’est plutôt eux qui représentent un vivier de joueurs pour nous ! Rezé représente forcément un concurrent direct en termes de niveau de jeu et donc de joueurs à recruter,même si cette année ils évoluent en N1. C’est assez courant que des joueurs de Rezé viennent ici ou inversement. C’est de bonne guerre après tout. »

Nous sommes allés demander à Yann Lemaire, entraîneur du centre de formation du C’CMHB, son avis sur la CJB qu’il a côtoyé en entraînant dans la sections féminine : « Tout d’abord et cela pour moi est primordial, c’est un collectif stable et qui a très peu bougé ces dernières saisons. Le projet de jeu est donc adopté et maîtrisé par l’ensemble des joueurs. Ils ont cette saison deux excellents gardiens et malgré quelques joueurs cadres qui se dégagent, c’est avant tout un collectif capable d’être un rouleau compresseur. Ils sont plus que jamais favoris pour atteindre le top 5 de la Poule »  

En effet, La CJB se caractérise sur le terrain par une ossature de cadres emmenée notamment par Fayssal Souhir, ancien pro et encore international marocain. Avec 4 joueurs à plus de 5 buts/match, ça vous situe le noyau dur offensif de l’équipe.  « On a une ossature de « cadres » sur lesquels on s’appuie énormément, notamment cette année (Fayssal, Pierre, Tom(malgré qu’il soit plus jeune), Etienne, Viorel et Marc dans les buts, puis moi). Valentin a un peu moins de temps de jeu cette année (pas mal blessé aussi) mais son rôle reste tout aussi important. Il fait partie des joueurs cadres sur qui le groupe se repose. »

Les joueurs de la CJB autour de leur coach Yann Lefeuvre

Après avoir obtenu une très belle 4ème place l’an dernier, Bouguenais a continué sur sa lancée cette saison. Capable de faire douter l’ogre Nantais pendant plus d’une mi-temps et de mettre 9 pions au dauphin Saint Nazaire, la CJB est installée confortablement dans le haut du classement. La volonté de garder le groupe intact ou presque semble porter ses fruits, ce que nous confirme Pierre Lhommedé : « Nous avons un bon collectif qui aime travailler et donner le meilleur.C’est aussi la première année ou nous gardons quasiment l’intégralité du groupe. Nous avons eu un seul départ la saison dernière, ce qui nous a permis de démarrer la saison avec de réelles ambitions. Sur le papier, je ne sais pas si nous avons un des meilleurs 7 comme vous nous le dîtes, ce qui est certain c’est que chacun a trouvé son rôle, sa place. »

La défaite contre Granville pourrait être le seul point négatif de cet excellent début de saison mais qui, finalement, a pu servir à l’emporter dans des matchs très chaud à Oissel Rouen ou face à HennebontLochrist : « Très content du début de saison. Nous avons gagné des matchs importants et difficiles. Nous avons rien lâché sur certains matchs pour arracher la victoire mais je suis frustré et déçu du match perdu d’un but contre Granville à la maison…Nous aurions jamais dû perdre !! La suite du championnat devrait être palpitante… » Pierre Lhommedé est peut-être la parfaite illustration de ce cap passé par les Tigres avec une régularité impressionnante et des récentes prestations assez marquantes dont les 14 buts face à Oissel Rouen « Je suis plutôt content de mon début de saison, même si je dois améliorer mes statistiques au shoot. Je suis assez exigent et n’aime pas échouer. J’essaie de prendre mes responsabilités et d’être au service du collectif pour apporter le maximum. »

Fayssal Souhir en action sous le regard de Tom Lahaye

Le match en Coupe de France face au SCO d’Angers,pensionnaire de Nationale 1 aura pu démontrer que Bouguenais était capable de rivaliser face à des équipes d’échelons supérieurs mais l’ambition de montée en Nationale 1 Masculine passera par une augmentation des partenariats privés comme l’expliquait la présidente de la CJB. Cependant, l’organisation du club du Pays de la Loire s’avère de plus en plus importante comme le confirme Evan Le Boulaire : « Si je dois comparer la situation actuelle avec celle que j’ai connu lors de mon passage en séniors il y a 10 ans, ça n’a clairement rien à voir. Le club est beaucoup plus structuré et dynamique,sportivement et économiquement parlant. »

Pour finir, le début d’année de Bouguenais ne sera pas de tout repos avec trois centres de formation en 4 matchs pour cette année 2019.Il ne faudra pas trop abusé de la raclette chez les Tigres au risque de cravacher derrière les minots de la Poule.

Merci au club de la CJB, à Thomas Bacheley pour les images ainsi qu’à Evan Le Baulaire et Pierre Lhommedé pour leur propos et surtout leur bonne humeur !

François Eberlin
Fondateur de Nationale 2 Hand FR et ancien joueur du Vénissieux HB et du Villeurbanne HA
http://www.n2-handball.fr

Laisser un commentaire

Top