Le FENIX valide son ticket pour la N1

Crédit photo : Kristo Sports

Cette dernière ligne droite est beaucoup trop longue pour Bruges qui rate complètement sa fin de saison tandis que le Fénix poursuit son quasi sans faute et peut maintenant exulter, la montée est acquise ! En bas, il reste encore 4 équipes en danger, autant vous dire que les deux dernières journées vont être tendues.

Grand Poitiers HB86 33 – 22 ASPOM Bègles HB
Le public, très nombreux à Jaunay, a assisté à un match plutôt haletant entre son équipe fanion et Bègles. Le seul enjeu pour les Poitevins était de retrouver le chemin de la victoire et proposer une rencontre sérieuse aux fans. Alors que les protagonistes évoluaient dans un rythme plutôt cool – rythme de fin de saison – Félix Garnier intervenait sur Anthony Valentin qui jugeait le geste trop virile. Les arbitres sont obligés de stopper la rencontre, ça se bouscule ça s’insulte et le corps abritral décide de renvoyer les deux auteurs de cette échauffourée ainsi que le capitaine Poitevin, Pierre Bonnin. Le match prend une toute autre saveur et les Griffons rentrent au vestiaire en menant 14 à 9. Alors que les Girondins sont encore sous pression, le maintien n’étant pas acquis, Poitiers déroule et enchaîne les belles actions. Florent Joli (10 buts sur 12 tirs) se régale. Christian Latulippe peut être fier de ses joueurs qui peuvent toujours finir sur le podium.

FENIX Toulouse HB² 36 – 28 Asson Sports
Les Toulousains avaient besoin que d’une seule victoire pour valider la montée en N1 après la défaite de Bruges à Rodez et c’est chose faite. Jamais inquiétés par les Assonnais, les joueurs de Rémi Calvel ont mené du début à la fin. En menant de quatre buts à la pause, le travail était à moitié fait. Les nombreux échecs offensifs des visiteurs les empêchent de mettre la pression sur leur adversaire. Un petit relâchement des locaux permet au groupe de Franck Vignaud de revenir à deux buts mais un dernier coup d’accélérateur les achève. La réserve du Fénix accède à la N1. Pour Asson, ça sent le roussi. Alors qu’il reste deux matchs de championnat, les Basques devront se défaire de Poitiers et Tardets pour espérer se maintenir.

ROC Aveyron HB 36 – 32 Bruges 33 HB
Le ROC a pris une très belle option pour le maintien en s’imposant face au deuxième de la poule, Bruges, qui rate complètement son final. On se rappelle, lors du match aller, les Girondins avaient complètement écrasé les ROCistes (36-26). Cette fois, les hommes de Julien Demetz sont rentrés sur le terrain avec la ferme intention de montrer un tout autre visage. La rencontre débute bien pour les locaux qui prennent tout de suite l’avantage. Malgré un léger passage à vide durant lequel Bruges prendra l’avantage (11-13), les Ruthénois se ressaisissent et terminent la première mi-temps en menant 19 à 17. La défense haute des visiteurs profitent à la vivacité des joueurs de Rodez et l’écart grimpe à nouveau en début de seconde période. Aurélien Simon a l’épaule qui le démange. Le capitaine local arrose avec ses 17 tirs mais cela n’empêche pas les Aveyronnais de gérer les derniers instants. Une victoire très précieuse avec un état d’esprit qu’il faudra garder pour valider sa place en N2M pour la saison prochaine.

HBC Objat Corrèze 29 – 29 Billère HBPP²
A la fin du match, on ne savait pas s’il fallait se réjouir ou non de ce résultat du côté des Corréziens. A l’image de sa saison le HBCOC a proposé du bon et du moins bon. Après une entame catastrophique, Billère prend l’avantage au score profitant des absences défensives locales (1-4). Le duo Kabengélé-Mina est contraint de poser son premier temps-mort après seulement 3’30 » pour replacer leurs joueurs. Les problèmes défensifs réglés, Objat revient dans le match avant de retourner dans ses travers avant la pause. En deuxième mi-temps, ce sont les défenses qui s’illustrent. L’agressivité est là, les gardiens font les arrêts. On assite à une vraie partie de yo-yo pourtant ce sont les Billérois qui sont en tête à l’entame du money-time. A une minute du terme, Théodolin remet les deux équipes à égalité. Objat a la balle de la victoire mais un dernier échec gèle ce score de parité. Pour le BHBPP, ce nul n’est pas une bonne chose puisqu’il se retrouve au même nombre de points qu’Asson, premier relégable.

Nathan Théodolin a été décisif face à Objat (crédit photo : Hand photopartage 64)

Lormont HHG 32 – 32 ETEC
Le TEC pensait tenir sa victoire mais le destin en a décidé autrement. En début de match, l’avantage est aux visiteurs. Signoret enchaîne les parades (19 au total) à l’image de ses dernières performances mais Lormont revient au score et profite des quelques erreurs adverses pour prendre la tête et rentrer au vestiaire en menant 16 à 14. En seconde période, aucune des deux équipes ne parvient à se détacher, se rendant coup pour coup. Mais à l’approche de la fin, les Charentais parviennent à se créer un petit matelas avant d’entamer le money-time (27-30). Le LHHG ne lâche rien et sur un ultime 7 mètre, Balti marque son neuvième but de la soirée et évite la défaite dans un scénario Hitchcockien. Partage des points donc pour deux équipes qui n’ont plus rien à jouer.

Zibéro Sports Tardets 34 – 29 AS L’Union HB
Malgré la défaite, L’Union profite des mauvais résultats des équipes derrière pour valider le maintien en N2. Tardets a, de son côté, maîtrisé son sujet dès la première attaque. Alors que Khayar creuse l’écart (8-3), Lorgeré (15 buts), en face, remet les deux équipes à égalité 5 minutes plus tard (10-10). Une lourde séquence qui n’impresionne pas les Basques qui repartent à l’assaut en reprenant quatre buts d’avance. En fin de première période, les deux gardiens brillent dans leur cage mais ce premier acte est pour le Zibéro. Le match se tend en seconde mi-temps, les Unionnais tâlonnent puis recollent au score à plusieurs reprises mais la pression Tardetsienne est forte et les Verts étouffent leurs adversaires et se rapprochent de la troisième place.

Bruno Henry
Joueur de Nationale 2 à Chalon sur Saône et associé de Nationale 2 Handball FR
http://www.n2-handball.fr

Laisser un commentaire

Top