Les équipes à domicile rayonnent

(Crédit photo : Hand photopartage 64)

Au pays de la chocolatine, rien n’est encore joué. Même si le Fenix fait désormais, seul, la course en tête, derrière les équipes sont encore proche. Billère a renoué avec la victoire, tout comme Objat qui sort de la zone de relégation ! Vos résumés sont juste-là, bonne lecture !

Dans une interview d’avant match, Baptiste Faucher, entraîneur du TEC, disait se savoir attendu à Tardets. Le travail effectué la semaine semblait payer puisque ses joueurs ont pris le dessus en début de rencontre creusant un premier écart (2-5). Les Basques font le dos rond et laisse passer l’orage. Ils reviennent doucement dans la partie et profite d’un passage à vide de leur adversaire en fin de première mi-temps pour égaliser et même passer devant à quelques secondes du Buzzer. Le deuxième acte est tout aussi disputé jusqu’à ce deuxième trou d’air des visiteurs qui permet au Zibero de prendre 2 buts d’avance. Les Charentais subissent les sanctions temporaires et ne parviennent pas à recoller au score. Tardets l’emporte d’un petit but et passe devant son adversaire du soir au classement (4è – 15pts).

En plus d’être un derby, ce match avait une saveur toute particulière. Deux équipes en méforme se rencontraient avec comme objectif commun : les 3 points qui rapprochent du maintien. A vrai dire, on s’attend souvent à des matchs très engagés où l’envie passe au-dessus de la qualité de jeu mais selon Guillaume Montoya, Asson a clairement manqué d’envie pour rivaliser face à la réserve de Billère :  » On a buté sur des jeunes qui en ont voulu plus que nous ! En clair on n’a pas été des guerriers… ». Pourtant, c’est bien son équipe qui ouvre la marque et prend un premier avantage en menant 2 à 5 ! La machine s’est enraillée et les jeunes Billérois reviennent rapidement dans la course. La deuxième mi-temps est une copie conforme de la première. Ce même Montoya (6 buts) permet à son équipe de reprendre 3 buts d’avance mais les 7 minutes suivantes ont desservi les visiteurs puisqu’ils ne marquèrent aucun but durant cette période se confrontant à un Bouissier des grands soirs (19 arrêts) ! Asson échoue à 2 longueurs : « On avait toutes les cartes en mains pour gagner le match, il fallait juste suivre les instructions du coach ! C’est un faux pas qu’il ne vas pas falloir trop reproduire si on veut espérer rester dans la course » avoue Guillaume. Place maintenant à la fête avec la réception de… Billère (N1) en Coupe de France avant deux matchs très importants que les Assonnais comptent bien remporter !

Ibrahima a fait du sale 

Deux équipes en manque de confiance s’affrontaient Samedi. D’un côté, le promu Poitiers et de l’autre, le ROC qui ne s’attendait pas à se retrouver dans cette position (11ème). De ce fait, les hommes de Julien Demetz commençait tambours batant. Les Griffons n’arrivaient pas à se mettre en place, trop de ballons perdus, des échecs aux tirs… C’est à peine si les Ruthénois devaient forcer leur talent. Résultat, après trente minutes de jeu les visiteurs menaient 12 à 17 ! Les quinze minutes de la mi-temps ont permis à Poitiers de revenir sur le terrain avec d’autres intentions et même de recoller à 18 partout en seulement 5 minutes. Mais les doutes ressurgirent et les ballons filaient de nouveau dans les gradins. Le ROC aurait pu profiter de cette mauvaise passe, mais sa force offensive est rouillée et le score reste serré jusqu’à la fin de match. Christian Latulippe a pu s’appuyer sur son trio infernal Sall – Joli – Berna pour faire craquer la défense Ruthénoise et remporter les 3 précieux points de la victoire. Pour Rodez, dernier avec le même nombre de points que Asson et Bègles, il s’agit maintenant d’une situation d’urgence et la réception de Tardets ne s’annonce pas une mince affaire.

Sall soigne son arrivée en N2 avec 11 buts cette fois-ci


(Crédit photo : François DASRIAUX)

Le derby girondin a tenu ses promesses. Lormont recevait une équipe de Bègles en grande difficulté (1V-5D). L’écart se creuse rapidement en faveurs des jeunes locaux qui n’ont pas été timide face à l’expérience adverse. Menant alors 13 à 8 au retour des vestiaires, le mot derby a pris tout son sens… 36ème minute, la tension est montée d’un coup et MM André et Massay n’ont pas eu le choix de renvoyer Poulet et Moortgat dans les tribunes. Tengatini (6 buts) continue son show et met son équipe à l’abri. Lormont s’éloigne de la zone de relégation et enfonce un peu plus son voisin.  

Dans le duel du haut de tableau, le Fenix recevait Bruges. Les deux équipes, invaincues, avaient à coeur de le rester à l’issue des 60 minutes. Pas étonnant que la première mi-temps fut aussi disputée et serrée. Alors que les visiteurs se font recoller au score (8-8), ils perdent Touhami qui est invité à aller à la douche par les arbitres suite à l’expulsion temporaire de Faye. Les Toulousains en profitent alors pour prendre l’avantage et mener à la mi-temps 13 à 11. Les Girondins jettent toute leur force dans la bataille pour remonter au score et même passer devant par son artificier Queva (5 buts). S’offre au public un mano à mano que Laurent de Valors souhaite emporter. Il sort alors 6 arrêts en 5 minutes qui musellent complètement les tireurs adverses et permet au Fenix d’être le seul invaincu de la poule !
Jamais les Toulousains n’avaient été aussi bien classés depuis la saison 2012/2013. Pour Hubert Gaget, Manager Général : « Il a manqué un peu plus d’engagement pour imposer le rythme au match. Il est vrai qu’il est difficile d’enchainer avec un match tous les 15 jours,  ajoutez les échecs dans les duels tireurs gardien et cela suffit à expliquer le retard au score ». 

« En voilà une qui fait du bien », phrase que l’on doit certainement entendre du côté d’Objat après la victoire face à L’Union ! Elle va marquer les esprits car après avoir accroché Tardets plus tôt dans la saison, c’est un autre cador que les Corréziens affrontaient devant leur public. Camille Dupré calme les ardeurs Toulousains tandis que de l’autre côté du terrain Dussoubs (10 buts) récitait ses gammes. Le HBCOC menait même de 6 buts au bout de 20 minutes ! En deuxième mi-temps, la réussite offensive des Rouges et Noirs écoeure des visiteurs qui jouent par période et qui continuent de se heurter à Dupré qui a fermé sa boutique (19 arrêts). Objat se donne de l’air, L’Union devra réagir lors du derby face au Fenix pour la 7ème journée de championnat. 

Zibero Sports Tardets23-22ETEC
Billère HB 2 29-27Asson Sports
Grand Poitiers HB 8630-29ROC Aveyron
Lormont HB Hauts de Garonne25-19ASPOM Bègles
FENIX Toulouse HB 229-27Bruges 33 HB 
Handball Club Objat Corrèze35-30AS L’Union HB

Bruno Henry
Joueur de Nationale 2 à Chalon sur Saône et associé de Nationale 2 Handball FR
http://www.n2-handball.fr

Laisser un commentaire

Top