Retour positif pour Maxime Alves dans le lyonnais !

Maxime Alves est loin d’être un inconnu dans la sphère handballistique. Formé à l’école de Montélimar, le demi-centre de Vénissieux a également connu la région lyonnaise pendant ses études à l’INSA. Passé par Villeurbanne avec quelques apparitions en D2, il fit un passage éclair à Lyon Caluire, désormais leader de la Poule 5 avant de partir en Suède dans le cadre de ses études. Connu pour son enthousiasme permanent, il nous parle de ce retour dans le lyonnais avec bien souvent du positif pour ce passionné de la balle ronde.

N2 Handball FR : Après avoir quitté la région lyonnaise pendant quelques années, te voilà donc de retour et sous le maillot de Vénissieux cette fois-ci. Comment tout cela s’est goupillé pour toi ? Un choix professionnel avant tout ?

En demi finale de Nationale 2 en 2009 contre Vénissieux
Credit Photos : Sports Venissians

Maxime Alves : J’ai effectivement souhaité changer professionnellement, et revenir à Lyon s’est imposé presque naturellement après y avoir fait mes études. Comme il n’était pas question, malgré mon âge avancé, d’arrêter de jouer, j’ai pris quelques contacts. Un très bon ami de « N2 Handball FR » m’a bien vendu auprès de Vénissieux, et c’est ensuite allé assez vite pour décider de fonctionner ensemble cette saison. Un nouvel élan pro, et un nouvel élan handball également !

N2 Handball FR : Ton intégration s’est bien passée malgré le début de saison qui fut bien compliqué ?

En compagnie d’Antoine Valentin, arrière de Vénissieux

Maxime Alves : Je connaissais les quelques anciens du groupe, donc c’était assez simple de s’intégrer. Sportivement, c’est vrai que les débuts ont été difficiles mais à part le premier match à Beaune, on n’a jamais été totalement dominés. Il a fallu garder son calme et être patients, on travaille bien aux entraînements, et ça nous a souri. Il faut absolument maintenir de l’exigence pour continuer à avoir des résultats.

N2 Handball FR: Aller chercher Lyon Caluire ou Bourgoin te semble jouable sachant que vous avez été la seule équipe à avoir accroché les caluirards ?

Maxime Alves : Certes, mais nous étions à domicile et on n’a pourtant pas gagné. Ils ont pris de l’avance, et ce serait déplacé de penser pouvoir revenir sur eux. Ce seront des derbys qu’on fera tout pour remporter en phase retour. Mais il y a aussi d’autres bonnes équipes, et on a beaucoup de progrès à faire pour être réguliers et avoir plus d’ambitions. Finir le plus haut possible est un bon objectif, pas besoin de le chiffrer !

N2 Handball FR : Comment expliques-tu ce manque d’équipes lyonnaises dans les plus hauts échelons ? A ton époque, Villeurbanne et Villefranche étaient en D1 ou D2 mais désormais, c’est le désert.

Maxime Alves : C’est vrai que ça a bien changé. Le projet villeurbannais donne d’ailleurs de biens mauvais signes alors que Bonnefond avait construit de belles choses. Je suis parti depuis longtemps, mais les « guéguerres » des uns et des autres semblent empêcher de faire émerger un gros club. Il y a la place pour un club pro, mais les synergies sont aujourd’hui trop compliquées à construire. C’est en tout cas dommage de priver l’agglo de ce niveau de jeu !

Credit Photos : Vincent Assié Photographie
Lors de la victoire de Vénissieux contre Marsannay en Décembre dernier

N2 Handball FR : D’un point de vue personnel, on ne t’avait jamais vu aussi buteur. C’est un choix dicté par l’entraîneur ou la conséquence d’une manière de jouer très au près des défenses adverses ?

Maxime Alves : C’est vrai que ce n’était pas forcément le cas avant. J’essaye d’apporter le plus possible, et ça passe aussi par le scoring cette année. Je découvre de nouveaux adversaires, et l’inverse est vrai : j’imagine que je profite de l’effet de surprise 😉 Et puis en N1, les responsabilités n’étaient pas distribuées pareil, donc j’assurais en priorité l’animation. Là, j’ai plus de liberté et on me fait confiance, alors je ne me prive pas !

Credit Photos : Le Dauphiné Libéré
Sous le maillot de Montélimar

N2 Handball FR : Tu as donc quitté Montélimar après deux années très compliquées pour le club, qui connait encore des difficultés en Nationale 3. Comment expliques-tu cela ?

Maxime Alves : La dernière année de N1 a été un échec sportif compte tenu des moyens que nous avions, la chute ensuite a été terrible. Je suis fier d’avoir été dans l’équipe qui a tellement galéré en N2 l’année dernière, parce que je devais bien cela au club qui m’a permis de vivre tout ce que j’ai vécu dans le hand ensuite. Le club se relève tant bien que mal, ce sera encore compliqué pendant plusieurs années, mais le principal est de continuer de permettre aux jeunes de s’éclater en jouant au handball

N2 Handball FR : Quel regard portes-tu sur la différence entre la Poule 6 et la 5 que tu viens de réintégrer ?

Maxime Alves : C’est déjà très agréable de découvrir de nouvelles équipes ! Je trouve la poule 5 plus homogène avec un jeu de meilleure qualité. Il y a des projets de jeu cohérents portés par des équipes qui font confiance aux jeunes. La poule 6 offrait des matches plus difficiles à maîtriser parce que pas mal d’équipes sont irrégulières et que les contextes influencent pas mal les résultats. Après, aller jouer sur la Côte d’Azur, ça me manque un peu…

N2 Handball FR : On est obligé d’en parler mais tu vois comment le Championnat du Monde pour les français et de manière générale ?

Maxime Alves : Réaliser le triplé pour les français semble statistiquement impossible mais finalement envisageable compte tenu des performances. On a des gauchers très impressionnants, mais c’est un peu plus léger sur les postes de DC et d’ARG. Karabatic devrait résoudre ça. Après, il y a tellement de belles équipes… L’Allemagne et le Danemark chez eux, l’Espagne, la Norvège, et pourquoi pas la Suède? La Suède, si ce n’est pas les français, c’est une grosse côte et ça me plairait!

N2 Handball FR : Que peut-on te souhaiter pour 2019 ? Le maintien pour l’Olympique de Marseille peut être ?

Maxime Alves : On avait dit qu’on ne parlerait pas de foot…mais une place en Intertoto pour l’OM et surtout des belles défaites parisiennes et lyonnaises en LdC me satisferont !
Pour le Hand, je crois que notre saison serait très réussie si on accrochait un top 5 et si on continue à donner une bonne image du club comme c’est, je pense, le cas. Il faut accepter de bosser pour l’année prochaine.

François Eberlin
Fondateur de Nationale 2 Hand FR et ancien joueur du Vénissieux HB et du Villeurbanne HA
http://www.n2-handball.fr

Laisser un commentaire

Top