Poule 1

Une reprise à suspense

Crédit Photos : CJ Bouguenais

ETEC 29 – 29 Saint Nazaire

Un match encore attendu, les deux équipes avaient besoin de se jauger dans cette ouverture de championnat. L’ETEC doit démarrer fort pour se montrer dans cette poule. Du coté SaintNazaire, la jeunesse a bien pris le pouvoir avec un nombre de jeunes joueurs importants dans l’effectif. Plusieurs recrues sont très attendues des deux côtés, Lansana Sako chez les locaux, le gardien Julien Gardenat et le demi-centre Hugo Tribillon chez les visiteurs.

Le match démarre avec un arrêt de Gardenat, qui gagne son premier duel dans ce championnat avec sa nouvelle équipe. Les recrues démarrent fort chez Saint Nazaire car Hugo Tribillon score les trois premiers buts de son équipe. Les deux équipes ne se détachent pas.

Les deux équipes veulent jouer vite, mais les Charentais se précipitent et perdent quelques ballons dommageables. L’équipe extérieure, elle, est concentrée dans cette mi-temps, et parvient à faire un break à la 26eme minute (11-15). Cette belle période est entachée d’une expulsion temporaire (59eme) permettant de remettre les bleus et verts dans le match avant la pause (14-16).

Les hôtes démarrent mieux la seconde période, mais ne parviennent pas à faire l’écart. Un écart qui ne sera pas plus grand que de deux buts entre les deux équipes qui se rendent coup pour coup. Les défenses se resserrent et les gardiens Signoret et Gardenas se distinguent pour leurs équipes respectives.

La fin du match est tendue, et la troisième exclusion temporaire du nazairien Paul (43eme) montre la rencontre acharnée que se livrent les deux équipes. Le score reste très serré, et personne ne veut lâcher. La fin de match est insoutenable, et à la 59eme, Le Cheviller redonne l’avantage aux nazairiens.

A la suite d’un temps mort, une faute d’antijeu envoie l’ETEC sur la ligne de pénalty, avec l’exclusion de Tribillon. Burdese ne tremble pas sur la ligne et les deux équipes reviennent à nouveau à égalité (29-29). Même action de l’autre côté sur l’engagement des visiteurs, et même conséquence, avec le carton rouge pour Sako. Le gardien Signoret aura finalement le dernier mot, et préservera au buzzer le match nul des siens.

Olivier de La Brétèche, le coach de Saint Nazaire, résume bien le spectacle livré par les deux équipes : « J’ai beaucoup apprécié l’engagement total entre les deux équipes. Je suis même épaté qu’ils aient pu aller aussi loin après 6 mois sans compétitions ».

Après avoir obtenu ce match nul, l’équipe a réussi son test et va peut-être viser plus haut maintenant. Côté ETEC pas d’affolement, comme nous le dis l’arrière Louis Alter « Il y a quelques imperfections à gommer assez rapidement, et des automatismes à trouver sur la bases arrière, mais dans l’ensemble c’est plutôt encourageant ».

Bruges/Lormont 32 – 31 CJ Bouguenais

Dans cette reprise après de longs mois d’attentes, les deux équipes nous ont offert un match avec énormément de rythme des deux côtés. Bruges/Lormont recevait dans son enceinte une des nouveautés de cette poule 1, la CJ Bouguenais. Les deux équipes sont déjà amenés à jouer les premiers rôles, et la confrontation n’a évidemment pas déçu.

Un départ canon de la part des girondins, infligeant un 5-0 dans les premières minutes du match, a de quoi lancer le match de manière positive pour les locaux. Cédric Coll Ramis marque 3 buts dans les dix premières minutes et emmène la jeune garde de la réserve aquitaine dans son sillage. Le jeu rapide des joueurs à domicile semble faire des ravages à Bouguenais.

Malgré ce mauvais départ, les visiteurs ne s’affolent pas. Des stops défensifs permettent aux hommes de Julien Derre de recoller petit à petit. Des ballons à exploiter en contre-attaque, des 1 contre 1 gagnés par la base arrière Loire-Atlantique réduisent l’écart au long de cette première mi-temps. On notera l’efficacité de l’ailier gauche Simon Landais (8/9 aux tirs) donnant le tourni aux gardiens dans cette fin de mi-temps.

La mi-temps se clôt sur le score de 15-15. Tout est à refaire pour les deux équipes, plus même pour les girondins qui, après leur entame très bonne, ont petit à petit laissé filer le score. Le doute s’installe dans les rangs girondins en début de seconde période, d’autant que les visiteurs ont décidé de reprendre le score. Un 4-1 pour redémarrer la seconde période, à ce moment là, l’Entente Bruges/Lormont parait friable. La mésentente entre le gardien PegurierBoiron et ses coéquipiers sur une touche à la 33eme, qui coûte un but, symbolise ce passage à vide des locaux.

En face, on a de quoi se réjouir. Le gardien Robin Kerdudo multiplie les arrêts (17 sur le match), et l’équipe dispose d’un écart de 5 buts pendant une bonne partie de la période, les voilà partir faire un grand coup. Cependant le club girondin reste dans le match, avec leurs engagements rapides incessants.

Le match prend une autre dimension à la 50eme minute, car les locaux puisent leurs dernières forces dans la bataille. Ils ne diminuent pas le rythme du jeu, malgré être menés 24-30, et sortent des gestes de grandes classes comme le magnifique kung -fu entre Roux et Lacombe a la 52eme. L’équipe Bouguenaise faiblit offensivement, tandis que le gardien girondin PégurierBoiron sort les arrêts qu’il faut. Les visiteurs n’inscriront qu’un but lors des 10 dernières minutes. Malgré tout, Kerdudo fait encore des miracles, avec une parade impressionnante à la 57eme qui fait beaucoup de bien à son équipe. Mais leurs adversaires reviennent à égalité à la 58eme minute, après avoir remonté un retard de 6 buts. Une dernière combinaison permet à Charlie Harribey de libérer la salle de Lormont (32-31).

Le match de ce soir fut un vrai combat, comme en témoigne un grand acteur de celui-ci, Charlie Harribey « Une victoire au bout du bout, après une heure du match intensive, face à une grande équipe de Bouguenais. Le match aurait pu tourner en leurs faveur mais nous avons su inverser la tendance en fin de match ». L’équipe Bouguenaise a montré de belles choses, malgré un résultat un peu rageant. Les deux équipes seront attendus pour la suite de ce championnat. On souhaitera bon rétablissement au capitaine des girondins Maxence Mguimbus, évacué lors de la rencontre.

Libourne 30 – 18 HBC Volcans

Le club de Libourne faisait sa rentrée sur leurs parquets, en affrontant le promu HBC Volcans qui veux rapidement prouver sa place dans ce championnat. Libourne veut s’appuyer sur ces bonnes performances de l’an dernier afin de réaliser un bon exercice. Ils s’appuient sur un effectif bien remodelé, pour pallier les différents départs de la saison précédente.

Le match commence sur un petit rythme (2-2 à la 10eme), et les défenses s’illustrent. Julien Cadel (7/13) mène à bien l’attaque des siens, bien suppléé par Kongo et Raynaud. En face, on ne lâche pas, et la marque est très partagée. La mi-temps se termine sur le score de (10-7), qui reflète le combat défensif livré par les deux équipes, mais on remarque déjà une meilleure efficacité dans le duel tireur gardien, côté domicile.

En seconde mi-temps, Libourne passe à la vitesse supérieure, et le match se débride. Ils démarrent par un 6-1 sur la reprise de la seconde période (17-08 à la 38eme), avec Cadel et Sierra qui dirigent ce temps fort. Les visiteurs ne reviendront pas, et les arrêts décisifs de Merceron donneront une victoire confortable à son équipe. Malgré une fin de match houleuse, conduisant notamment à l’exclusion de Vincent Hoarau, Libourne a maitrisé sa seconde période.

Des débuts encourageants pour Libourne, le coach est satisfait de ses troupes : « Je suis très satisfait de leur reprise, mais le plus important est de savoir si eux (les joueurs) sont satisfaits. Ce sont des perfectionnistes, et je suis chanceux de les voir au quotidien ». Pour les promus, l’apprentissage est difficile, est on espère les voir redresser la barre lors des prochains matchs.

Zibero Tardets 28 – 24 AS L’Union

Deux équipes qui se sont fait peur l’an dernier, et qui ne doivent pas se louper à la reprise de ce championnat. Les Unionnais ont beaucoup renouvelé leur effectif, et Julien FitteDuval va vite devoir trouver comment faire jouer son groupe. A Tardets, les choses s’annoncent compliquées, les basques restent une valeur sûre dans leur antre.

Les défenses vont vite prendre le dessus sur les attaques lors de la première période, les deux équipes se quittent à la mi-temps sur le score de 11-10. Emmenés par la bonne performance de Emeric Baret (10 buts), les visiteurs tiennent la corde. Les basques font la course en tête avec les buts de Daniel Khayar et Benat Marmissolle (6 buts). Khayar, qui revenait d’une opération à l’épaule, s’est montrée en difficulté avec son tir (5/16). Les gardiens Plagnard (13 arrêts) et Ortet s’illustrent dans ce match rugueux

Le match est tendu. Au total 12 exclusions temporaires ont eu lieu durant ce match. Les esprits sont donc très chauds. On peut constater cette tension sur un duel sur la ligne de pénalty entre Khayar et Ortet, qui atterri dans la joue du portier. Une action ayant passablement énervé le banc toulousain sur le moment. Le gardien l’unionnais signe une très belle première prestation avec 17 arrêts.

En seconde mi-temps, une multitude d’arrêts du gardien basque Estrabou permet à ses coéquipiers de prendre une petite avance (18-15 à la 39eme). Les garonnais tentent de revenir dans le match mais le break est fait. Les coups de boutoir de Baret ne suffisent pas, les basques prennent le large. Marmissolle et Arhie finissent le travail, et les hôtes s’imposent (28-24) avec une meilleure période sur le point offensif, et 17 buts en seconde période.

Tardets va pouvoir capitaliser sur cette victoire pour la suite du championnat, et il faudra voir les prestations loin de leur terre pour voir si l’équipe est relancée. L’Union reste dans le flou, mais a su trouver des solutions défensives, comme l’atteste sa recrue Alexandre Ortet « On fait une bonne partie en défense, surtout pendant la première mi-temps. On a une belle cohésion défensive mais on a péché en attaque, ce qui nous a empêché de faire un écart, contrairement à eux qui ont si enterrer le match quand il le fallait ».

Asson Sports 30 – 29 Irisartarrak

Un premier test pour le promu Irissarry, qui se déplace chez les béarnais d’Asson. Asson qui a perdu son capitaine Maxime Kuhn sur blessure à la fin de la pré-saison, et à qui ont souhaite bon rétablissement. Les basques malgré leur changement d’entraineur, ont misé sur la continuité pour cette saison.

Les promus sont bien dans leurs entames de matchs, Xavier Etchebehere (6/7) et Iban Sissokho (6/7) prennent les choses en mains pour rester à hauteur de l’équipe d’Asson. En face, Paul Falguière se distingue dans ce match animé. Et à la pause, Asson réussit à faire un petit break de 2 buts (17-15), écart le plus important de ce match indécis.

Dans une seconde période toujours aussi tendue, les basques reprennent petit à petit les choses en main. Sous l’impulsion de Sissokho, ils reviennent à hauteur de leurs adversaire (24-24 à la 46ème. Le défense d’Asson, qui faisait défaut à l’équipe durant l’ensemble du match, va cependant répondre présent durant le money time.

Les locaux sont derrière après le but de Benjamin Rocchia (27-28 à la 51eme). Mais les multiples parades de Enzo Gaubert n’enterrent pas les espoirs assonnaise. L’équipe locale n’encaisse que 1 but dans les 8 dernières minutes. Cette assise défensive va leur permettre de reprendre le score sur le but de Kevin Vettorel (57eme), but qui clôt le score de la rencontre 30-29.

Les promus Irissarry peuvent avoir des regrets, ils auraient pu signer un retour triomphant en N2. Mais il se sont montré très bon dans ce match qui lancent leurs saisons. Côté assonais, l’entraineur Franck Vignaud retiendra cette fin de match gagner sur la défense : « On a été en difficulté défensivement durant la majeure partie de la rencontre mais on a su plus trouver de la solidité en fin de match, avec Enzo Gaubert très performant sur cette période finale ».

ROC Aveyron – ASPOM Bègles (reporté)

Le dernier match de cette poule n’a pas pu se jouer Samedi soir, et pour cause. Des intempéries se sont abattues dans le pays aveyronnais, et après une énorme confusion avant le match, les arbitres ont pris la décision de reporter le match, car des gouttes d’eau s’invitaient sur le terrain.

La situation devenait dangereuse pour les joueurs, et selon le président Benoit Courtin « Il fallait prendre la bonne décision, et je pense que le report l’était ».

Most Popular

Suivez toute l'actualité de la N2 Masculine de Handball.

Tous les résumés du Lundi au Mercredi.

Les gros matchs du week-end ? C'est le Vendredi que ça se passe !

Pour suivre les nouvelles des clubs de Nationale 2, c'est sur notre Facebook et Twitter que tu les trouveras !

Envie de voir comment ça joue sur les parquets ? Instagram est là pour te faire partager les clichés pris par les photographes !

Les meilleures actions ? C'est tous les Mardis avec le Top 10 N2 Handball FR x Rematch

To Top