Le Bilan !

La saison digérée, l’heure est au bilan pour nous désormais. Nous nous sommes lancés début Juin dans un projet assez dingue, suivre 72 équipes dispersées un peu partout en France.
Le problème dans tout ça, c’est que certains coins ne nous étaient et ne sont toujours pas très familier. On se retrouve donc rapidement avec Saint Nazaire considéré comme breton (!!) ou Semur-en-Auxois en Franche-Comté. On l’avoue, des fois on ne vérifie pas tout dans la précipitation.
Autre sujet sensible pour nous, les accents. Sur nos feuilles de match, les joueurs sont inscrits en Majuscule alors on a fait des coups de Poker comme écrire Lhommède mais manque de pot, c’était Lhommedé. On se souvient encore de la surprise en voyant Lemarié ou même Bachelé et d’avoir été content de ne pas avoir tenté Bachèle. Que dire du meilleur pivot de la Poule 4, Benjamin Piningre qu’on s’efforçait à écrire Peningre.

Nous connaissions très bien les trois poules de l’Est et notamment les clubs alors quand on se retrouve à parler de villes que nous ne connaissons pas du tout, ça peut vite tourner au vinaigre. L’exemple typique est ASSON qui peut sembler être un acronyme en lien avec une Association alors quand on met tapis en disant l’ASSON, on se plante violemment et ça plusieurs fois (les mecs nous laissaient dans notre galère) ! Bouguenais et Mélantois sont les deux clubs qui nous viennent aussi en tête. Nous étions tellement persuadés d’avoir à faire à des surnoms ou bien des noms tout simplement d’habitants qu’en fait, non, c’est juste le nom de la ville et qu’il est inutile de foutre un pronom devant « Les Mélantois » « Le Bouguenais ».

Toutes ces anecdotes ont chaque fois étaient signalées avec la plus grande sympathie par les différents acteurs de ces clubs et on vous en remercie. On a trois mois pour nous familiariser avec les promus.

Autre moment compliqué, la publicité. Depuis Janvier, nous avons mis en place des publicités pour rembourser les frais d’hébergements et investir sur des trophées pour nos meilleurs joueurs et meilleurs entraîneurs. Lorsque nous avons sorti les nominés des Trophées N2, le 4 Juin, nous avons explosé nos statistiques de trafic avec 4 200 visiteurs et plus de 8 500 pages vues, soit 4 fois plus qu’une journée avec 6 résumés publiés. Google, ce jour-là, a décidé de nous supprimer la publicité nous empêchant de toucher le jackpot (jackpot très relatif […]). L’an prochain, on verrouille baraque et on réserve nos vacances aux Bahamas.

On en vient au sujet qui aura fait débat un peu partout : les Previews ! On a été gourmand pour le coup en essayant de donner un avis sur des Poules qu’on ne connaissait pas du tout mais on voulait impliquer tous les clubs dans le projet et ça passait par ces Previews. On va prendre le temps d’analyser tout ça. Le lien sur chaque titre renvoie vers la preview qu’on avait rédigé.

POULE 1 :
On manquait clairement d’infos sur les effectifs donc on s’est basé sur ce que certains clubs avaient communiqué puis sur les structures des clubs alors on se retrouve avec ROC Aveyron sur le podium. Manque de pot, gros ménage à Rodez et investissement sur la formation, résultat : une saison très galère pour les coéquipiers de Simon. On visait un milieu de tableau pour le Fenix et Poitiers puis finalement on se retrouve avec le 1er et le 5ème du Championnat puis Poitiers qui nous fait une carotte en récupérant Sall en début de saison. Poitiers nous l’a bien rappelé à la Radio et ça nous a fait plaisir, ça prouvait que nos previews pouvaient titiller les clubs 😉
Pour le reste, le pronostic n’aura pas été des plus déconnant sur le bas de classement avec Bègles, Asson, Billère et Objat qui se sont tirés la bourre toute l’année.

POULE 2 :
La Poule 2, on la craignait considérablement avec 5 centres de formations. Niveau communication sur le recrutement, souvent c’est le calme plat, alors on s’est pas foulé. Nantes, qui avait fini deuxième, allait sûrement repartir très fort et on a pas été déçu. Globalement, on n’a pas été trop mauvais sur celle-ci excepté bien sûr Oissel Rouen qui va se prendre la blessure de leur gardien Abazdic dans les dents pendant que Cesson-Rennes offrait un roster rempli d’internationaux jeunes. On était loin du compte sur ces deux équipes mais ça se tient sur l’ensemble.

POULE 3 :
Notre petit chef d’oeuvre et de loin. Par ou commencer ? Pour illustrer, Savigny était vu à la 11ème place, ASSOA à la 10ème et l’USDK à la 9ème. On plante bien le décor et non, on ne fait pas le classement à l’envers !
Mélantois, St Valéry et Compiègne qui ont bataillé sec pour se maintenir trustaient le Top 4 pour nous. Billy Montigny faisait figure aussi de dernier, enfin voilà c’est clairement une preview qu’on voudrait oublier mais elle illustre tellement bien d’où on est parti qu’on va la garder. On a tenté mais on s’est un peu loupé comme il faut. Cette preview-là, on l’a traînée comme un boulet toute la saison !

POULE 4 :
Notre meilleure Poule de loin, où notre pronostic n’était pas très loin du compte. On ne pouvait pas anticiper la saison compliquée de Metz qui proposait quand même un bel effectif MAIS on émettait des craintes (visionnaire le staff). Les deux centres de formation, nous ne savions pas comment les aborder avec l’intégration de certains joueurs en pro durant la saison à l’image de Mohamed qui ne faisait presque plus aucun match à la fin avec la N2 en Mai/Juin. St Brice aura été la très bonne surprise malgré un début de saison méga galère qui confortait notre pronostic initialement. Le bas de classement, sans surprise, a été fidèle à ce qu’on imaginait. C’est une jolie preview qu’on regarde sans trop stresser même si on se foutait de notre gueule après l’avoir publié <o/ !

POULE 5 :
On imaginait bien Vesoul caracoler en tête et on s’est senti un peu con les premiers mois en les voyant plusieurs matchs relégables. On avait mis le paquet sur eux, ce qui nous servira de leçon. Dans le même genre, quand on a mis Besançon, 9ème et qu’on voyait les commentaires sur cette place, on a eu le front qui commençait à devenir humide. Bingo, une moyenne d’âge de 15 ans et une saison ponctuée de 22 défaites en 22 matchs, qui démontrait qu’on avait pas la science infuse et qu’on pouvait pas contrôler toutes les équipes. Le Top 3 n’était pas déconnant mais on avait pas prévu de voir Bourgoin commencer si fort puis que dire de Saint Flour qui chopait Lazic pendant l’hiver pour tout casser après la trêve.
On misait également sur les gamins de Villefranche pour tenir la route mais ça l’a pas fait.

POULE 6 :
On en tient des bonnes pépites sur cette Poule 6. Quand on a vu les départs chez Saint-Etienne, on s’est imaginé un nouveau « Montélimar » qui fait le double ascenseur (voire le triple après la descente encore de N3). Les mecs, ils ont décidé de sortir 5 victoires en 5 matchs pour nous mettre en PLS avant de finalement rentrer dans le rang mais loin de la 12ème place prévue. La Crau nous l’a fait à l’envers en loupant son début de saison alors qu’on les imaginait aussi haut qu’il y a deux ans. Les centres de formation, encore et toujours, très discrets sur leurs recrues nous avaient obligé de les mettre en milieu de classement.

L’heure du bilan est terminée, on reviendra la semaine prochaine pour les remerciements aux différents acteurs de la N2 Masculine (clubs, photographes, médias, etc). A ciao bonsoir !

François Eberlin
Fondateur de Nationale 2 Hand FR et ancien joueur du Vénissieux HB et du Villeurbanne HA
http://www.n2-handball.fr
Top